Vous êtes

Sélectionner

Réduire la taille texte Rétablir la taille du texte par défaut Agrandir la taille du texte Partager cette page Favoris Courriel Imprimer

DTM - Unité de Recherche Développement des Territoires Montagnards

  • Département : Territoires
  • Centre : Grenoble

Les recherches et expertises de l’Unité de Recherche Développement des Territoires Montagnards mobilisent principalement les sciences humaines et sociales. Elles visent à étudier et favoriser la construction et la prise en compte des enjeux environnementaux et l'évolution du rapport à la nature, notamment dans le développement des territoires ruraux et montagnards, dans une perspective générale de développement durable.

L'unité de recherche DTM

Les travaux concernent les territoires ruraux et montagnards, des zones rurales périurbaines aux espaces protégés. Ces territoires subissent des pressions importantes (avancée urbaine, changement climatique…), face auxquelles l’environnement représente à la fois un atout pour le développement et un enjeu majeur de préservation.

Une première équipe d'économistes et d'aménageurs étudie les modes de gouvernance et les dynamiques d’évolution des stations de sports d’hiver et de leurs territoires supports, ainsi que leurs vulnérabilités face au changement climatique. Elle aborde également les dynamiques résidentielles et foncières dans les espaces les plus fortement soumis à la pression urbaine, plus particulièrement les processus à l’origine d’inégalités socio-spatiales de nature économique ou environnementale.

Une seconde équipe, composée d'agronomes, de sociologues et d'une géographe, s’intéresse à la projection et l’anticipation des futurs conjoints de la nature et de la société. L’objectif est d’analyser les transformations des pratiques des agriculteurs, des gestionnaires de la nature et des chercheurs en biodiversité, face à la montée en puissance des enjeux environnementaux. Une attention particulière est portée aux « zones frontières » où s’échangent et s’hybrident des objets, des savoir-faire et des savoirs entre ces groupes et où se renégocient leurs relations et leur identité.

Ces recherches s’appuient sur des démarche méthodologiques alliant méthodes qualitatives (entretiens) et quantitatives (construction d’indicateurs et modélisation) afin de restituer les pratiques et les logiques des acteurs, des collectifs ainsi que les trajectoires des politiques publiques. Elles s’inscrivent dans une préoccupation d’aide à la décision pour les acteurs et les politiques du développement.

Actualité

  • Sortie de l'ouvrage : " Sociologie des changements environnementaux. Futurs de la nature" de Céline Granjou. A l’heure de l’Anthropocène, la puissance technique exercée par l’homme sur son milieu naturel n’a jamais été aussi grande ; pourtant le tournant du XXIème siècle est moins marqué par la « fin » de la nature que l’irruption de ses futurs. Cet ouvrage pose les bases d’une sociologie des changements environnementaux qui prend acte du fait que l’homme n’est plus le seul acteur de son devenir et de celui de la planète. En développant trois exemples, le retour des loups dans les Alpes, la crise de la vache folle et les évolutions de la biodiversité, l’ouvrage analyse les régimes d’anticipation environnementale expérimentés par les scientifiques, les experts et les gestionnaires. Il nous invite à rompre avec le dualisme classique qui fait de la nature le cadre fixe et atemporel du changement social et du progrès. Conversant avec les contributions récentes des Environmental Humanities, C. Granjou s’attache à rouvrir notre conception de la temporalité sociale en pointant comment les animaux et les mécanismes écologiques fabriquent, eux aussi, du futur. http://iste-editions.fr/products/sociologie-des-changements-environnementaux

Thèmes de recherche

L’unité relève du Thème de Recherche "Développement Territorial et Agriculture Multifonctionnelle" (TR DTAM). Cette structure d’orientation scientifique regroupe en réseau 3 unités de recherche localisées à Bordeaux, Clermont-Ferrand et Grenoble. Elle a pour objectif de contribuer à la connaissance des interactions entre les activités économiques et l’environnement.

Organisation

L’unité de recherche accueille une trentaine de personnes : chercheurs, ingénieurs, personnel d’appui, étudiants (post doctorants, doctorants, stagiaires).

Équipes

L’unité est structurée en 2 équipes de recherche :

Elle est complétée par une plateforme transversale, SISTEM, au service des recherches thématiques des équipes et développant également une activité propre en termes techniques et méthodologiques :

Équipements

L'unité DTM dispose d'un important fonds d'informations statistiques et géographiques en appui aux recherches menées par les équipes. Ce fonds d'informations rassemblé depuis une vingtaine d'années au fil des travaux comprend d'une part, des données statistiques au niveau communal sur la démographie, l'agriculture, les activités économiques entre autres et, d'autre part, des données géographiques de structuration spatiale et sur les milieux naturels. La mobilisation de ces informations avec des méthodes et des outils d'analyses de données et des SIG permet une caractérisation quantitative et spatiale des territoires.

Thèses en cours ou récentes

  • Soutenue le 15 juin 2016, Dominik Cremer-Schulte, doctorant Irstea, UMPF Université Grenoble Alpes, Ecole doctorale 300 Sciences Economiques,  « Les incidences de la planification spatiale sur la localisation résidentielle : le cas des territoires montagnards européens », dirigée par Nathalie Bertrand.
  • Soutenue le 23 juin 2016, Baptiste Nettier, doctorant Irstea - VetAgro Sup, Université B. Pascal et Université d’Auvergne, Ecole doctorale 65 des Sciences de la Vie, Santé, Agronomie et Environnement, « Modéliser le système alpage-exploitations pour analyser sa vulnérabilité et sa résilience face au changement climatique », coencadrée par Gilles Brunschwig (VetAgroSup) et Laurent Dobremez.
  • Soutenue le 2 décembre 2015, Coralie Achin, doctorante CIFRE CCI des Vosges, Université de Savoie, « La gouvernance de la diversification comme enjeu de l'adaptation des stations de moyenne montagne : l'analyse des stations de la Bresse, du Dévoluy et du Sancy », dirigée par Emmanuelle George-Marcelpoil.
  • Soutenue le 7 juillet 2015, Gabriel Fablet, « Analyse des dynamiques foncières et de l’immobilier de loisir en stations de montagne. », thèse d’aménagement cofinancée par le Comité de massif des Alpes, dirigée par Emmanuelle George-Marcelpoil.
  • Soutenue le 15 avril 2015, Christine Léger (basée à l’UMR Metafort d’Irstea Clermont-Ferrand), « Les opérations de portage foncier pour préserver l’usage agricole. Une analyse par les coordinations, les transactions et les institutions », thèse d’économie dirigée par Nathalie Bertrand.
  • 2014-2017, Lucas Brunet, doctorant Irstea, financé par la Région Rhône-Alpes - ARC environnement, Ecole doctorale 454 SHPT, « The role of emotions in making and communicating science: How knowledge about ecosystem services becomes relevant in policy making », thèse de sociologie codirigée par Isabelle Arpin et Taru Peltola.
  • 2014-2017, Gaëlle Ronsin, doctorante UMPF Université Grenoble Alpes, financée par le Labex ITEM, Ecole doctorale 454 SHPT, « Les conseils scientifiques des espaces protégés de montagne, outils de gestion et moteurs d’innovation entre nature, science et société ? », thèse de sociologie et de géographie codirigée par Isabelle Arpin et Fabien Hobléa (EDYTEM).
  • 2014-2017,  Antoine Dolez, doctorant UJF Université Grenoble Alpes, Ecole doctorale 454 SHPT, « Sociologie des pratiques de modélisation et de scénarisation du changement global. Le cas de la biodiversité et des services écosystémiques », codirigée par Céline Granjou et Sandrine Louvel (IEP).
  • 2013-2016, Pierre Spandre, doctorant  Irstea - CEN Météo France, financé par la Région Rhône-Alpes - ARC environnement, Ecole doctorale 105 Terre Univers  Environnement, « Analyse et simulation de la gestion de la neige dans les stations de sports d’hiver » (GANESH), coencadrée par Emmanuelle George-Marcelpoil et Samuel Morin (CEN).
  • 2012-2015, Nathalie Renault, doctorante Irstea –VetAgro Sup, Ecole doctorale SISEO, « L'attractivité renouvelée des destinations touristiques en espace rural : entre diffus et concentré, que traduisent les évolutions des modèles d’organisation ? », encadrée par Emmanuelle George-Marcelpoil, Jean-Bernard Marsat (Irstea) et Luc Mazuel (VetaAgroSup).
  • 2016-2019, Antoine Mérot, doctorant Irstea, financé par le Labex ITEM, Ecole doctorale 454 SHPT, « Cultures du compost. Pratiques de (re)fabrication du sol entre ville et montagne », co-encadré par Céline Granjou et Coralie Mounet (UMR PACTE, UGA).
  • 2016-2019, Laurent Martinez, doctorant UGA, Ecole doctorale 454 SHPT, « Accessibilité à la nature et la connectivité écologique dans la Métropole grenobloise : quel aménagement de l’espace pour promouvoir le bien-être et la biodiversité ? », Co encadré par Jean-Christophe Dissart (UMR PACTE, IUG), Thomas Spiegelberger et Yves Schaeffer.
  • 2016-2019, Alexandre Peresse, doctorant Irstea, Ecole doctorale 300 Sciences Economiques, « Contractualisation environnementale dans les politiques locales foncières, vers un renouveau de la maîtrise foncière, le cas des BRE (baux ruraux environnementaux) », encadré par Nathalie Bertrand.

Partenariats

Scientifique

Comue de Grenoble, UMR PACTE, CREG, Laboratoire d’excellence Innovation et Territoires de montagne, Programme PSDR Pour et Sur le Développement Régional, INRA

Opérationnel

Espaces protégés (Parcs nationaux, Parcs naturels régionaux, réserves naturelles), CGET et Commissariats de massif, Collectivités territoriales

Contacts

Directrice de l'Unité de recherche
Emmanuelle George-Marcelpoil
+33 4 76 76 27 50
Directeur adjoint de l'Unité
Jean-Jacques Collicard
+33 4 76 76 27 36
Assistante de projets
Corinne Manquat
+33 4 76 76 27 60
 

Domaine universitaire, 2 rue de la papeterie, BP 76, 38402 Saint-Martin-d'Hères Cedex

 

Consulter les dernières publications de l'unité DTM