Gestion de la végétation des ouvrages hydrauliques en remblai - guide technique

Au croisement de plusieurs compétences – écologie, génie civil et hydraulique –, ce guide apporte les connaissances plurielles et la synthèse d’une recherche pluridisciplinaire, tout en s’appuyant sur un important retour d’expérience issu de cas réels. Il présente des méthodes opérationnelles aux professionnels du domaine pour leur permettre d’établir un diagnostic approfondi d’un ouvrage boisé ou embroussaillé, et d’élaborer un véritable plan de gestion ou un programme de travaux de confortement, garants de la sécurité des ouvrages. Les autres personnes concernées y trouveront des éclaircissements sur les raisons des choix proposés. 

 
VIENT DE PARAITRE

Un livre de 232 pages, abondamment illustré, imprimé en couleur
ISBN 978-2-914053-84-6
 
  • Version papier payante: 24€
Où commander:

Cardère éditeur - 19 rue Agricol Perdiguier  F-84000 Avignon  (www.cardere.fr)

 

  • Version numérique gratuite

Télécharger la version PDF

 

SOMMAIRE

  1. Rôles et risques associés à la végétation présente sur les ouvrages hydrauliques
  2. Règlementation et règles de l'art
  3. Du diagnostic à la gestion de la végétation
  4. Gestion et confortement des ouvrages hydrauliques boisés
  5. Etudes de cas

 

CONTEXTE ET OBJECTIFS DU GUIDE

Digue boisée en bordure de rivière torrentielle © Irstea / P. Mériaux

    En France, plus de 10000 km de digues fluviales et de canaux, et plusieurs milliers de petits barrages, sont concernés par l’entretien et la maîtrise de la végétation qui s’y développe. Elle en constitue un attrait fort, mais en même temps entraîne des risques de détérioration et présente plusieurs inconvénients vis-à-vis de leur sécurité :

    • dense et non rase, elle rend difficile ou impossible la surveillance visuelle et l’entretien ;
    • laissée à l’abandon, elle procure un abri que recherchent certains animaux fouisseurs, qui dégradent les remblais en creusant des terriers. 

    La végétation arborescente apporte, quant à elle, trois inconvénients supplémentaires :Arbres en crête et pied de perré maçonné © Irstea / P. Mériaux

    • le développement profond d’un chevelu racinaire puissant, qui fragilise l’ouvrage : décompactage local du remblai, création de conduits lors de la décomposition des racines (risque d’érosion interne), démantèlement des structures en maçonnerie…
    • la prise au vent pour les grands arbres avec risque d’arrachement d’un volume significatif de l’ouvrage en cas de déracinement;
    • des perturbations locales dans l’écoulement du cours d’eau en crue, et parfois des érosions ou des glissements, du fait d’arbres se développant sur le talus côté rivière des digues.  

    Aussi, il est admis que, pour la sécurité des digues et barrages en remblai, une couverture herbacée, régulièrement fauchée, constitue l’état idéal de végétation des talus et de leur pied. Cependant, l’application d’une telle doctrine soulève de nombreuses difficultés ou questions pratiques auxquelles le présent guide a pour objectif de répondre :La face cachée de l’arbre : sa souche ! © Irstea / Ch. Ripert

    • comment remettre à niveau les nombreux ouvrages en service qui, par défaut d’entretien, sont actuellement couverts d’arbres ou de broussailles ? Plus précisément, avec quels travaux et dans quels délais intervenir ? 
    • jusqu’à quelle distance des pieds de remblai doit-on proscrire les arbres ? Peut-on tolérer de petits arbres sur les ouvrages aux profils les plus larges ou dotés d’écran d’étanchéité ? 
    • comment prendre en compte la réglementation environnementale et les aspirations légitimes des populations riveraines, qui souhaitent un milieu diversifié à proximité des cours d’eau et une meilleure insertion paysagère des ouvrages de génie civil ? 
    • enfin, comment planifier les importantes dépenses du gestionnaire pour l’entretien ou la remise à niveau de la végétation ?  

    Le temps de préparation de cet ouvrage – 5 ans – révèle la difficulté de cette tâche : elle est l’aboutissement  d’un travail considérable, près de 20 ans d'études, et de nombreux échanges avec les gestionnaires et les administrations, pour aboutir à un manuel cohérent, clair et facile d’emploi que la profession pourra aisément s’approprier. Tel est le souhait qui a guidé les auteurs.

     

    LES AUTEURS

    Michel Vennetier est ingénieur forestier et docteur en écologie, affecté depuis 1995 dans l’Unité de Recherche “Ecosystèmes méditerranéens et risques” d’Irstea Aix-en-Provence. En coopération avec l'Unité de Recherche Ouvrages hydrauliques et hydrologie, il travaille depuis 1996 sur la végétation des digues et berges. L'objectif est de concilier la sécurité des ouvrages et les fonctions environnementales et sociales de cette végétation, par une connaissance approfondie des enjeux et une gestion appropriée. Il a dirigé durant 10 ans les recherches sur le développement racinaire des arbres dans les ouvrages hydrauliques. Ses autres travaux concernent l'impact des fortes perturbations comme le changement climatique, les incendies et l'urbanisation sur l'environnement forestier et celui des rivières. Il est auteur de plusieurs guides techniques et d'ouvrages grand public dans les domaines de la forêt et de l'environnement, de nombreux articles scientifiques et techniques, ainsi que d'une vingtaine de rapports d'étude ou d'expertise sur la gestion de la végétation de digues.
    Patrice Mériaux est Ingénieur-chercheur, ayant quelque 30 années d’expérience dans le génie civil et l’ingénierie des risques, en régions de plaine comme de montagne. Il est membre du Comité Français des Barrages et des Réservoirs depuis 2003. Affecté en 1993 à l’Unité de Recherche “Ouvrages hydrauliques et hydrologie“ d’Irstea Aix-en-Provence (Ouvrages hydrauliques et hydrologie), dont il a été le responsable de 2001 à 2009, il est devenu l’un des experts de l’institut dans le domaine de la sécurité des digues et des barrages. Ses activités scientifiques se concentrent sur le développement et l’amélioration des méthodes de diagnostic pour ces ouvrages. Il est, à ce titre, le co-auteur de plusieurs guides techniques, dont deux ont été traduits en anglais, et de nombreux articles.
    Caroline Zanetti est Docteur en géographie, avec une spécialisation en géomorphologie fluviale. De 2007 à 2012, au sein d’Irstea, elle a réalisé une thèse puis des travaux sur la croissance des systèmes racinaires ligneux dans les ouvrages en remblai, et sur la gestion de leur végétation arborée. A ce titre, elle a conduit une dizaine de chantiers expérimentaux et contribué à autant de diagnostics de digues ou barrages boisés. Depuis décembre 2012, elle a fondé sa propre société de conseils en gestion de la végétation auprès des propriétaires d’ouvrages hydrauliques : ArbeauSolutions. Son projet innovant de création d’entreprise a été primé en 2013 au concours annuel organisé par l’association ”ACCEDE Provence Entrepreneurs”..

    Arbre emportant une grande portion de digue lors de son déracinement © Irstea / C. Zanetti Trou laissé par la décomposition d'une racine © Irstea / C. Zanetti Biodiversité, un enjeu de la gestion de la végétation © Irstea / M. Vennetier

     

    Une réalisation Irstea - Aix-en-Provence, co-éditée par Cardère et Irstea
    UR RECOVER, 3275 Route de Cézanne, CS 40061, 13182 Aix-en-Provence Cedex 5