EFNO - Écosystèmes forestiers

Au travers de ses recherches, l’Unité EFNO entend contribuer significativement à une meilleure connaissance du fonctionnement des écosystèmes forestiers de plaine, de leurs facultés d’adaptation face aux pratiques de gestion, à l’augmentation des populations d’ongulés et aux changements climatiques, afin de proposer les modes de gestion les mieux adaptés aux situations locales.

Contexte et enjeux

Les chercheurs, ingénieurs et techniciens de l'unité font progresser les connaissances sur le fonctionnement des écosystèmes forestiers et les principes de gestion durable des forêts, dans l'esprit de la Stratégie Nationale sur la Biodiversité et du Millenium Ecosystems Assessment. Leurs travaux conduisent à des modèles théoriques et des publications scientifiques mais se veulent aussi tournés vers l'application et l'appui aux décideurs publics et gestionnaires d'espaces forestiers.

Objets de recherche et équipes

Préserver les espèces forestières dans nos territoires
La finalité de nos recherches est de proposer des recommandations de gestion forestière et d'aménagement du territoire en faveur de la biodiversité, de l'échelle de la parcelle à celle du paysage. Dans cette optique, nous cherchons à identifier les pressions qui pèsent sur la biodiversité en ciblant nos travaux sur la flore, les insectes, les mousses et les oiseaux.

Concilier ongulés sauvages et écosystèmes forestiers
En milieu forestier, les populations d’ongulés sauvages (cervidés, sangliers) peuvent avoir des effets à court et moyen termes sur la diversité de la flore et le renouvellement des peuplements. Par l’identification et l'analyse des perturbations causées et de leurs conséquences, nous cherchons à proposer des recommandations de gestion des habitats et des populations animales pour le maintien de l’intégrité fonctionnelle des écosystèmes.

Comprendre et modéliser le renouvellement et la croissance des forêts
Dans le contexte des changements globaux, l'évolution des pratiques sylvicoles nécessite une meilleure compréhension du fonctionnement des forêts. Nous étudions et modélisons la croissance et la dynamique de systèmes forestiers, dont les peuplements mélangés ou irréguliers, afin d'apporter aux gestionnaires des conseils et des éléments d’aide à la décision pour la gestion des forêts de plaine (mode de sylviculture, éclaircies, régénération et végétation du sous bois…).

Conserver et valoriser la diversité génétique des arbres
Conserver et bien utiliser la diversité génétique présente au sein des espèces d'arbres forestiers est indispensable pour maintenir la capacité d'adaptation et la productivité des forêts confrontées au changement climatique. Nous apportons notre appui au ministère de l'Agriculture pour définir et mettre en œuvre les politiques publiques dans ce domaine : conservation des ressources indigènes, choix des provenances de graines pour les plantations, évaluation de l'intérêt des variétés améliorées, conseils d'utilisation.

Collaborations et partenariats scientifiques

L'unité développe un partenariat scientifique national et international directement en relation avec ses activités. Au niveau régional, elle participe au pôle de compétitivité DREAM spécialisé dans les écotechnologies relatives à l'eau et ses milieux, au réseau thématique de recherche MiDi (Milieux & diversité) qui fédère 25 unités et laboratoires de recherche sur l’environnement, au programme Action Rechecherche Développement Intelligence des Patrimoines qui rassemble 33 unités et laboratoires de recherche sur l’étude des patrimoines culturels et naturels. Elle a développé des relations bilatérales avec des laboratoires français et étrangers avec lesquels elle conduit ses programmes. L'unité s'est investie au sein du réseau européen ALTER-Net (A Long-Term Biodiversity, Ecosystem and Awareness Research Network).

Les principaux partenaires

Infrasctructures

L'unité dispose d'un laboratoire d'entomologie, d'un laboratoire d'écologie, de 2 serres et d'espaces dédiés à l'expérimentation du végétal. Elle profite sur le domaine des Barres d'un domaine forestier de près de 150 ha et bénéficie aussi, pour l'expérimentation et les études, de la proximité des forêts domaniales de Montargis et d'Orléans.

L'Unité a également installé depuis 2013 un réseau de placettes expérimentales en forêt domaniale d'Orléans : dispositif nommé OPTMix (Oak Pine Tree Mixture). Ce dispositif a été établi pour évaluer les avantages et les inconvénients des stratégies sylvicoles envisagées dans le cadre du changement climatique concernant la densité et la composition du peuplement. Une originalité du dispositif est de pouvoir étudier l’action combinée de ces stratégies associée à la présence ou non d'ongulés sauvages.

Pour en savoir plus sur le dispositif OPTMix

Thèses soutenues depuis 2005 et thèses en cours

Thèses en cours

  • Abdelwahab BESSAAD - Durabilité de l’exploitation de la ressource bois dans un environnement changeant
  • Jordan BELLO- Compétition intra-versus inter-spécifique dans les peuplements forestiers : principe de complémentarité à l’épreuve du changement climatique
  • Ugoline GODEAU - Modéliser l’abondance de plusieurs espèces en même temps à différents niveaux hiérarchiques (espèce, groupe fonctionnel, communauté) : améliorations probabilistes et prise en compte de l’incertitude sur les traits fonctionnels des espèces dans les modèles statistiques paramétriques multi-espèces
  • Gwendoline PERCEL - Fonctionnalité de la trame de vieux bois et conservation de la biodiversité.  Analyse des effets de la connectivité d’habitat sur la biodiversité saproxylique en forêt tempérée
  • Ushma SHUKLA - L'épizoochorie par les ongulés sauvages et la réponse des plantes aux environnements changeants
  • Yoan PAILLET - Les microhabitats des arbres : facteurs d’influence, lien avec la biodiversité et potentiel indicateur

Thèses soutenues

2016

  • Marie BALTZINGER  - Political Ecology des engrillagements de Sologne : Tentative de défragmentation du paysage écologique, politique et disciplinaire – Doctorat en Ecologie, Université de Toulouse
  • Lisa LAURENT - Apports d’une approche écosystémique à l’étude de la dynamique des communautés végétales forestières : vers une prise en compte des interactions écologiques multiples – Doctorat en Ecologie, Université d’Orléans

2015

  • Guilhem PARMAIN - Contribution de différents éléments forestiers et non-forestiers de la Trame de Très Vieux Bois à la diversité des coléoptères saproxyliques – Doctorat en Biologie forestière, Université d’Orléans
  • Maude TOIGO - Évolution des interactions entre espèces dans les forêts mélangées le long de gradients climatiques et environnementaux et impact sur la productivité : cas des peuplements à base de chêne sessile - Doctorat en Biologie forestière, Université d’Orléans
  • Anne VILLEMEY - Trame verte et papillons de jour en contexte agricole : influence du paysage sur la dispersion, la diversité génétique et la composition des communautés - Doctorat en écologie, Université d’Orléans

2014

  • Samantha BAILEY - Quelle est la contribution des lisières forestières à la structuration des assemblages d’abeilles sauvages dans les paysages agricoles ? – Doctorat Energie, matériaux, sciences de la terre et de l’univers, spécialité Ecologie des communautés d’abeilles, Université d’Orléans
  • Rémy GOBIN -  Contribution relative de la végétation du sous-bois dans la consommation en eau des placettes forestières soumises aux changements de climat et de pratiques – Doctorat en Ecologie forestière, Université d’Orléans
  • Mélanie PICARD - Influence de la dispersion endozoochore sur la composition des communautés végétales : une approche fonctionnelle basée sur trois ongulés sauvages – Doctorat en Ecologie, Université d’Orléans
  • Liping WEI - Impacts des caractéristiques du peuplement et des cloisonnements sur la biodiversité floristique en forêt de plaine – Doctorat en Ecologie, Université d’Orléans

Contacts

Frédéric Archaux, directeur de l'unité de recherche
+33 2 38 95 66 79

Sonia Launay, relais communication

 

Consulter les dernières publications de l'unité EFNO