Les tourbières drainées : impact sur l'émission d'un gaz à effet de serre

Une nouvelle étude a examiné les sols organiques à l'échelle mondiale. Elle a révélé que les tourbières fertiles drainées sont des points névralgiques de l'émission de N2O dans l'air. Gaz hilarant, le N2O, est également un puissant gaz à effet de serre en partie responsable du réchauffement planétaire et de la destruction de la couche d'ozone dans l'atmosphère. Les résultats de l’étude plaident en faveur de la conservation des marais et des marécages à la lumière du changement climatique et de la protection de la couche d'ozone.

Les sols organiques, qui comprennent les tourbières naturelles (humides), les marécages et les tourbières drainées, représentent plus d'un dixième de la réserve mondiale d'azote du sol et constituent une source mondiale importante d'oxyde nitreux (N2O, communément appelé gaz hilarant). La prévision de la réaction du sol aux changements climatiques ou de l'utilisation des terres est essentielle à la compréhension et à la gestion des émissions de N2O.

Un groupe de travail de 37 experts de 24 institutions de recherche (dont Julien Tournebize, de l'UR HYCAR a contribué sur la science du sol et l'hydrologie du drainage) dirigé par le Prof. Ülo Mander du Département de Géographie de l'Université de Tartu (en Accueil de Haut Niveau à l'UR HBAN/HYCAR de 2012 à 2016), a réalisé une étude de terrain globale des émissions de N2O et des facteurs de conduite potentiels sur une large gamme de sols organiques dans 58 sites à travers le monde.

L'étude révèle que le flux de N2O peut être prédit par des modèles incorporant la teneur en nitrate du sol, la concentration en eau et la température. Les émissions de N2O augmentent avec les nitrates et suivent une distribution en forme de cloche qui atteint un pic à un taux d'humidité intermédiaire du sol d'environ 50 %. Les nitrates et l'humidité du sol expliquent 72 % des émissions de N2O des sols organiques mondiaux. Les sols organiques enrichis en nitrate sont des sources importantes de N2O lorsqu'ils sont drainés pour la culture. Cette situation est exacerbée lorsque les sols organiques cultivés drainés sont irrigués, en particulier dans les régions chaudes/tropicales, ce qui augmente les émissions de N2O de plusieurs ordres de grandeur.

Les résultats montrent que le drainage artificiel sera le principal moteur des changements futurs dans les émissions de N2O des sols organiques et que cet effet sera plus prononcé dans les régions tropicales, ce qui entraînera une augmentation des émissions de N2O. Par conséquent, la conservation et la restauration des tourbières tropicales et des forêts marécageuses devraient être une priorité pour éviter et/ou réduire l'émission du gaz hilarant.

En savoir plus

* Étude dirigée par Ülo Mander, professeur au département de géographie de l'université de Tartu. En accueil de haut niveau à l'UR HBAN/HYCAR de 2012 à 2016. L’équipe Arthémys de l’unité HYCAR a apporté sa contribution sur la science du sol et l'hydrologie du drainage