Vous êtes

Sélectionner

Réduire la taille texte Rétablir la taille du texte par défaut Agrandir la taille du texte Partager cette page Favoris Courriel Imprimer

DTAM

© P. Graille - Fotolia.com

Développement territorial et agriculture multifonctionnelle

Au sommaire

En bref

Le thème de recherche rassemble  :
  • 62 personnes dont 47 chercheurs, ingénieurs  et techniciens
  • 40 publications de rang A en moyenne par an
 

Axes scientifiques

  • Renouvellement de la relation des activités productives aux territoires
  • Construction sociale et efficacité de l'action publique territoriale et environnementale
  • Ecologisation des pratiques résidents, usagers et professionnels

Édito : Des changements globaux au coeur des territoires

Ntahalie Bertrand, Directrice-adjointe scientifique de DTA MFlux migratoires, accroissement des disparités sociales, raréfaction des ressources naturelles, sécurité alimentaire… Ces changements, que l’on qualifie souvent de "globaux", se déclinent également à l’échelle locale : celle des territoires ruraux et périurbains, littoraux ou encore montagnards. Ils ont de nombreuses répercussions sur la gestion quotidienne des ressources naturelles, la préservation de l’environnement, ainsi que sur les activités économiques. Pour mieux comprendre ces enjeux de société et leurs conséquences, les équipes d’Irstea au sein du thème de recherche DTAM (Développement territorial et agriculture multifonctionnelle) développent leurs travaux selon trois axes.

  • Le premier porte sur le renouvellement de la relation entre les activités économiques et les territoires, qu’il s’agisse des nouvelles formes d’ancrage territorial de ces activités, de la performance environnementale de celles-ci ou de l’attractivité des territoires.
  • Le second axe de recherche concerne la construction sociale et l’efficacité de l’action publique territoriale et environnementale. Les travaux ont pour ambition d’étudier, le changement dans les principes d’intervention, le rôle des institutions dans l’action publique et collective et, l’évaluation de l’impact économique, social et environnemental des politiques.
  • Enfin, l’"écologisation" des pratiques des acteurs (résidents, usagers et professionnels), qui fait référence à l’intégration de préoccupations environnementales au coeur d’actions publiques ou privées, constitue le troisième axe. La prise en compte de ces préoccupations environnementales est étudiée sous l’angle de la transformation des pratiques des individus et leurs relations au sein des filières et des territoires.
Ces travaux, menés depuis près de dix ans à Irstea, proposent des outils, des méthodes et des analyses dans une perspective d’accompagnement, d’aide à la décision et d’anticipation. Ils enrichissent aussi les connaissances sur deux questions transversales :
celle des inégalités socioéconomiques et environnementales, souvent cumulées à l’échelle des territoires ; celle de l’adaptation au changement global (dérèglement climatique, mondialisation de l’économie, dynamiques démographiques et migratoires, questions énergétiques, évolutions sociétales, etc.). Un tel champ de recherche mobilise de fait de nombreuses disciplines présentes à Irstea. Économistes, sociologues, agronomes, géographes, politologues… associent ainsi leurs compétences pour fournir aux décideurs publics des connaissances objectivées, des analyses intégrées et des évaluations sur l’efficience des dispositifs mis en place.

Quelques exemples de recherches 

La qualité des eaux, un enjeu territorial

 

Les inégalités environnementales

 

Changement climatique - Quel avenir pour l'axe Garonne-Gironde

 

Le dispositif trame verte et bleue
 

Interview d'un partenaire

Parcs nationaux de france, un lien privilégié avec la recherche

Entretien avec Gilles Landrieu, directeur-adjoint de Parcs nationaux de France (PNF), établissement public chargé d’animer, promouvoir et contribuer à la gestion des 10 parcs nationaux français.
 
Quels liens entretiennent les parcs nationaux français avec la recherche scientifique ?
Ils ont en charge des espaces terrestres et maritimes au patrimoine naturel, culturel et paysager exceptionnel. Ils ont donc besoin de la recherche pour comprendre leur fonctionnement et élaborer des stratégies de gestion et de protection. De plus, ils constituent eux-mêmes des territoires d’expérimentation pour les chercheurs qui peuvent y suivre à long terme l’évolution de la biodiversité et les impacts des changements globaux.
 
Quelles sont plus particulièrement les relations entre PNF et Irstea ?
Certains chercheurs d’Irstea sont très impliqués dans les conseils scientifiques de PNF et de ses parcs et contribuent à des réflexions inter-parcs. En outre, un sociologue d’Irstea étudie les issues de la réforme de 2006. Cette réforme a renforcé l’engagement des parcs dans la sauvegarde de la biodiversité, et la mise en oeuvre d’une stratégie de développement durable. Elle a aussi donné naissance à PNF.
 
Quel est l’avenir de ces collaborations dans le cadre de la future Agence française pour la biodiversité ? 
PNF disparaîtra en tant que structure fédératrice, mais les parcs continueront à exister et à avoir besoin de la recherche, c’est pourquoi l’AFB devra maintenir une coordination minimale. Par ailleurs, la fusion de PNF avec l’Onema et l’Agence des aires marines protégées au sein de l’AFB sera l’occasion pour les parcs de donner plus de place aux questions liées à l’eau, sur lesquelles Irstea a une expertise reconnue.
 

Les parcs nationaux de France

Bases de données scientifiques

Comparer pour mieux décider
L’analyse de plus de 142 stations de ski alpines a permis aux chercheurs d’établir une base de données inédite accompagnant les acteurs publics et les gestionnaires dans leurs politiques de développement.
 
En zone de montagne, les stations représentent un enjeu déterminant pour le développement local. Mais alors qu’elles font face à des défis majeurs tels que le changement climatique, l’évolution du marché touristique, le renouvellement des équipements, etc., les solutions manquent d’informations pour guider leurs politiques de soutien et d’investissement. D’où la création de l’Observatoire des stations de sport d’hiver, qui est une base de connaissances développée par Irstea à la demande du Comité de massif des Alpes, dont une version en ligne baptisée StationoScope est disponible gratuitement depuis 2014.