Réduire la taille texte Rétablir la taille du texte par défaut Agrandir la taille du texte Partager cette page Favoris Courriel Imprimer

QUASARE

Le TR QUASARE étudie les réponses des hydrosystèmes continentaux (estuaires, rivières, lacs) et des communautés biologiques qu'ils hébergent aux pressions humaines locales et globales. L'enjeu majeur des travaux est le développement de méthodes pour maintenir ou restaurer le bon état fonctionnel de ces écosystèmes, communautés et populations.

Le TR est aujourd'hui reconnu comme un groupe référent aux niveaux national et international dans 4 domaines : la modélisation de l'habitat et des relations entre variables environnementales et biocénoses aquatiques animales, le développement de méthodes de bioindication faisant référence dans la mise en œuvre de la DCE, la biologie de la conservation des populations de poissons amphihalins (dont alose, anguille, esturgeon) et le suivi et l’évaluation des impacts anthropiques sur les milieux et les espèces.

Contexte et enjeux de société

Les enjeux socio-économiques majeurs du collectif sont :

  • La mise en place de la Directive Cadre Européenne sur l’Eau, dans le cadre d’un appui au MEEDDM et d’une collaboration étroite avec l’ONEMA (Évaluation et Restauration des masses d’eau, production de normes). Organisation de pôles communs (MALY-LHQ, HYAX-EL, EPBX en projet).

  • La mise en œuvre des Sdage, du Grenelle de l’Environnement (trame bleue) et du Grenelle de la Mer (estuaires).

  • La prise en compte des impacts liés à l’exploitation des ouvrages producteurs d’électricité dans le cadre des contraintes de la production (liaison avec la Directive Énergie) avec notamment la mise en place d’une équipe commune Irstea-EDF HYNES.

  • La conservation des populations de poissons migrateurs dans le cadre de la mise en œuvre de la Directive Habitat Faune Flore (Natura 2000) et des réglementations spécifiques.

  • L’analyse des impacts potentiels des changements globaux sur les systèmes aquatiques.

Question et enjeux scientifiques

On visera notamment les objectifs suivants :

  • Intégrer dans les modèles d’habitat la dynamique temporelle, tant des habitats que des populations/biocénoses. L’accent sera mis sur les rôles du couple hydrologie-dynamique sédimentaire, de la température et de la non indépendance des états dans une série temporelle, afin de construire à terme les outils aptes à prédire les réponses du couple habitat-organismes au changement global et aux opérations de restauration/remédiation.
  • Intégrer dans les approches populationnelles, en complément des processus de régulation densité-dépendant et de plasticité phénotypique les facteurs de forçage physique (et en particulier thermique) afin d’aboutir à des outils prédictifs validés sur des cours d’eau ou des bassins, et à même de servir d’outil d’aide à la gestion des populations.
  • Considérer le plus souvent possible, par delà l’environnement local, l’influence du contexte à plus large échelle (connectivité et processus de dispersion/colonisation, structure spatiale des habitats fonctionnels,…), afin de développer les outils utiles pour une gestion durable à l’échelle du bassin versant.
  • Viser à terme le développement d’outils d’évaluation des états écologiques s’appuyant plus sur les fonctions et leur dynamique que sur les éléments biotiques et les structures associées.
Un autre enjeu important, et qui répond au même souci général sera de développer des projets visant à la compréhension du fonctionnement des anthroposystèmes et en particulier dans leurs composantes trophiques et les interactions avec les régimes thermiques et hydrologiques.
 

En complément et sur le plus long terme (plan stratégique), on recherchera à inclure progressivement mais de façon systématique les aspects sociologiques et économiques dans notre démarche. L’originalité de l’établissement dans le domaine de la gestion des anthroposystèmes aquatiques est de disposer de compétences complémentaires dans les différents domaines nécessaires à la compréhension et à la production de méthodes de gestion durable des anthroposystèmes. Il s’agit de profiter de cette richesse en privilégiant l’intégration entre les différentes compétences et composantes du TR.

L'équipe