Vous êtes

Sélectionner
Array
(
    [currentNodeId] => 4883
    [currentNodeIdFr] => 4883
    [currentClassIdentifier] => theme_recherche
    [currentBook] => 7
    [left_menu_selected_node_id] => 79
    [root_node_id] => 36
    [defaultHeaderBandeau] => /images/bando_1.jpg
    [has_left_column] => 1
    [currentBookFr] => 7
)

Réduire la taille texte Rétablir la taille du texte par défaut Agrandir la taille du texte Partager cette page Favoris Courriel Imprimer

TED

Technologies et procédés pour l'eau et les déchets

Au sommaire

En bref

Le thème de recherche rassemble  : 

  • 113 personnes dont 107 chercheurs, ingénieurs et techniciens
  • 42 publications de rang A en moyenne par an
  • 13 brevets et un logiciel
  • 1 entreprise incubée : Greentropism
  • 1 plateforme de recherche technologique dédiée aux systèmes d'épuration (La Feyssine, Lyon)
 

Axes scientifiques


 
  • Processus et procédés à phase solide dominante
  • Processus et procédés à phase liquide dominante
  • Évaluation technique et environnementale des filières

Édito : Déchets organiques et eaux usées - Des ressources à valoriser 

Sylvie Gillot, Directrice adjointe scientifique Lyon- © M-L.Degaudez/Irstea

Si les premiers systèmes d’égouts remontent à l’Antiquité, il faudra bien des siècles pour aboutir à ce qu’est aujourd’hui la gestion des eaux usées et des déchets. Initialement liés à des questions d’hygiène, les progrès dans ce domaine se sont accélérés à partir des années 1970-1980 avec la prise de conscience de la raréfaction des ressources et de la nécessité  de protéger un environnement malmené par le développement des activités humaines.
 
Les  recherches et expertises d’Irstea ont largement contribué à ces  avancées. Leur objectif : faire progresser les connaissances pour accompagner les acteurs publics et privés dans la conception, le dimensionnement, l’exploitation et l’optimisation des installations de traitement et de valorisation des eaux usées, des effluents agricoles et des déchets organiques. Grâce à une approche pluridisciplinaire et multi-échelle (de la bactérie à la filière, du laboratoire aux installations grandeur réelle), les équipes du thème de recherche Technologies et procédés pour l’eau et les déchets (TED) optimisent les technologies existantes et développent de nouveaux procédés. Elles occupent une place reconnue au sein de la communauté scientifique internationale dans des thématiques comme la méthanisation, qui répond à un double enjeu de recyclage et de valorisation énergétique des  résidus organiques, la microbiologie fonctionnelle, la modélisation des procédés intensifs de traitement des eaux usées ou encore les filières de traitements des eaux résiduaires adaptés aux petites collectivités.
 
D’autres thématiques scientifiques sont tout aussi prometteuses. Les outils d’évaluation environnementale (dont les analyses de cycle de vie – ACV) permettent de mieux caractériser les impacts environnementaux des systèmes de gestion des déchets ou de traitement des eaux résiduaires. Le recyclage du phosphore issu des effluents d’élevage et des eaux usées apporte quant à lui une réponse aux excédents liés à l’épandage et à la diminution des  gisements de phosphate. Enfin, les procédés et filières d’épuration sont aujourd’hui revisités avec pour objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre.
 
Ces travaux sont menés en collaboration avec des partenaires publics (Onema, Ademe, ministères, agences de l’eau…), académiques et privés, dans la dynamique des  instituts Carnot. Tous partagent une même ambition : passer d’une logique de traitement à une logique de valorisation des déchets (production d’énergie, fertilisants, molécules à valeur ajoutée et recyclage des eaux usées traitées).
 

Quelques exemples de recherche

La méthanisation

 
 

Les émissions de gaz liées au traitement des eaux usées

 

Les zones de rejet végétalisées

 

Du déchet au biocarburant : le projet BIORARE
 

Innovation et prix

Une invention chaleureusement saluée

Irstea a été primé au salon Pollutec 2014 pour ses travaux sur la récupération de chaleur issue du compostage.

Lors du compostage de déchets organiques, l’activité des microorganismes impliqués dans la dégradation produit de la chaleur : la température de la matière peut alors monter jusqu’à 80°C ! Jusque-là perdue, cette énergie peut désormais être valorisée grâce à deux procédés développés et brevetés par une équipe de chercheurs d’Irstea. Le principe : condenser la vapeur d’eau contenue dans les effluents gazeux sortant des procédés par aération forcée. L’énergie récupérée peut servir par exemple à chauffer des bâtiments d'élevage et des serres, mais aussi à sécher diverses matières : composts, déchets, produits agricoles… À la clé : une relocalisation de la production d’énergie renouvelable et des économies d’énergie qui seront appréciées par les utilisateurs !

En savoir plus sur le dispositif primé

Plateforme technologique 

 
Au cœur des processus épuratoires 
 
Implantée près de la station d’épuration de Lyon, la plateforme de recherche et d’expérimentation de la Feyssine donne à Irstea l’opportunité unique d’étudier in situ les processus d’épuration des eaux usées.
 
Mise à disposition par le Grand Lyon dans la dynamique d’une collaboration de longue date et équipée par Irstea, cette plateforme dispose d’une situation privilégiée lui permettant de bénéficier d’effluents à différentes étapes de traitement et de mener des expériences au plus près de la réalité du terrain, sur des pilotes semi-industriels de traitement des eaux usées. Depuis l’inauguration de la plateforme, fin 2012, de nombreux projets de recherche ont été menés en coopération avec des partenaires publics et privés pour optimiser les traitements existants, mais aussi tester de nouveaux procédés, comme le tamisage en traitement secondaire. Les scientifiques d’Irstea développent aussi des outils d’aide à la gestion reposant sur la modélisation et caractérisent le devenir des micropolluants au sein de la filière de traitement.