Vous êtes

Sélectionner

Réduire la taille texte Rétablir la taille du texte par défaut Agrandir la taille du texte Partager cette page Favoris Courriel Imprimer

Enquête dans la rivière

Une rivière est un milieu riche et complexe. C'est de l'eau qui coule sur un lit de roches, de galets, de graviers, de sédiments fins.

L'eau et le lit de la rivière peuvent être de bonne qualité ou contaminés par des rejets industriels, urbains ou agricoles. La nature des berges, la présence d'obstacles naturels (branchages) ou artificiels (barrages) sont d'autres paramètres importants pour la vie aquatique. Les habitants de la rivière sont très diversifiés : micro-organismes, plantes aquatiques, invertébrés, poissons, batraciens, mammifères. Tous ces organismes vivants interagissent les uns avec les autres et avec le milieu aquatique. Les activités humaines le long du cours d'eau peuvent perturber ce fragile équilibre.

Des outils pour mesurer la qualité de la rivière

Vous avez dit indicateur biologique ?
Qu'est-ce que l'IBGN ?
Les diatomées, vous connaissez ?
La DCE, une bonne nouvelle pour les rivières ?

La qualité des rivières vue par un humoriste

Des moules zébrées ou à pois ?

Les moules zébrées vivent dans les rivières fixées aux objets immergés (rocher, écluse, jetée, etc.). On les distinguent de leur cousine marine du fait de leur taille plus petite et de leur coquille ornée de zébrures caractéristiques. Elles se nourrissent de plancton et de fines particules de matières organiques par filtration de l'eau. Or c'est justement sur ces fines particules que se fixent des polluants comme les métaux lourds. Une fois ingérés, les métaux s'accumulent dans les tissus de la moule. C'est en analysant les tissus que les chercheurs font un diagnostic de la pollution dans la rivière. Mais en aucun cas, les chercheurs n'ont observé de moules avec des pois en présence de polluants !

 

Des crevettes pas si folles

La maladie de la vache folle existe bien, alors que la maladie de la crevette folle a été imaginée par l'humoriste. L'objectif de ce dessin est de mettre en lumière une espèce aquatique très appréciée des scientifiques : le gammare. Il s'agit d'une petite crevette présente dans toutes les rivières françaises, où elle se nourrit de débris végétaux. Au laboratoire et dans les cours d'eau, les chercheurs étudient son comportement et sa biologie en présence de différents polluants. Selon les substances toxiques, ils ont observé des troubles du comportement, de la reproduction ou du système de défense contre les maladies. Ces informations sont importantes pour détecter très tôt une pollution dans la rivière.

 

Double peine pour les poissons

Bouteille, vélo, pneu, sac plastique… et autres gros déchets salissent le lit de nombreux cours d'eau. D'autres types de polluants invisibles mais dangereux menacent la vie aquatique. Il s'agit par exemple des pesticides, des médicaments qui sont dissous dans l'eau. Les poissons ont besoin d'eau propre pour vivre et respirer. Si l'eau est polluée, les molécules toxiques pénètrent dans l'organisme où elles peuvent provoquer des maladies graves (cancers, malformations, modification du sexe). Une autre source d'intoxication des poissons provient de leur nourriture : plantes aquatiques, plancton, petits invertébrés eux-mêmes contaminés par les polluants. 

Pour en savoir plus

Diatomées : un jeu des cinq « familles » !
Évaluer le risque toxique dans la rivière

Le film « Enquête dans la rivière : à la recherche d'indices »