Vous êtes

Sélectionner

Réduire la taille texte Rétablir la taille du texte par défaut Agrandir la taille du texte Partager cette page Favoris Courriel Imprimer

Méthanisation au cœur des territoires : vers une énergie durable ?

Publié le 24/09/2014

Afin d’augmenter la part des énergies renouvelables dans notre consommation, le gouvernement français mise en partie sur le développement de la méthanisation. Ce procédé, qui permet de transformer les déchets organiques en biogaz, présente l'avantage de produire une énergie renouvelable, mais son implantation nécessite l’action combinée des chercheurs et des acteurs de terrains.


Mis à jour le 10/02/2015
 

Après un déclin dans les années 80, la méthanisation est à nouveau une priorité des politiques environnementales du gouvernement français en raison notamment de la pression sur la ressource énergétique, devenue plus rare et plus couteuse.

1 500 méthaniseurs d’ici 2020

Octobre 2014 : l’Union européenne a conclu un accord sur le climat dont l’un des objectifs est de porter la part des énergies renouvelables à 27 % du mix énergétique d’ici 2030. Réaffirmé par le vote de la loi relative à la transition énergétique, la France contribuerait ainsi à lutter efficacement contre le dérèglement climatique. Pour y parvenir, les espoirs portent en partie sur la valorisation énergétique des déchets via la méthanisation.

D’ici 2020, le développement de la méthanisation agricole en France doit se concrétiser par l’installation de 1 500 méthaniseurs sur l’ensemble du territoire.

Des sujets complexes et ambitieux qui ne sauraient se passer de la recherche. Qu’il s’agisse de la réflexion sur le développement et l’optimisation du processus de méthanisation ou du développement d’une approche globale - économique, territoriale et environnementale - de la filière, l’action des chercheurs vient ainsi en appui aux politiques publiques.

Les sujets de recherche développés à Irstea concernent toutes les étapes de la filière de méthanisation.