Vous êtes

Sélectionner

Réduire la taille texte Rétablir la taille du texte par défaut Agrandir la taille du texte Partager cette page Favoris Courriel Imprimer

Systèmes d’information avalanches

Publié le 19/07/2018

L’observation et l’enregistrement des phénomènes passés, dans leur dimension spatiale et temporelle, sont primordiaux pour mieux appréhender les avalanches de neige et le risque associé.

La gestion du risque d'avalanche implique la prise en compte de nombreux paramètres : conditions d'enneigement, météorologie, relief du terrain, ouvrages paravalanches, dégâts humains et matériels qui pourraient être occasionnés… D'une part, elle est basée sur la détermination de l'aléa dont l’estimation repose bien souvent sur la mémoire collective. D'autre part, la gestion du risque doit tenir compte des enjeux qui peuvent être humains ou matériels. Aléa et enjeux sont difficiles à évaluer, tant dans l'espace que dans le temps.

L'estimation de l'aléa est donc un élément clé de la gestion du risque. Mais, dans le cas des phénomènes d'avalanche, il n'existe pas de formule mathématique qui permette de le calculer. Aucun modèle ne peut prédire ce qui peut se passer, avec exactitude, dans des conditions données. Les experts et les gestionnaires du risque d'avalanche vont devoir baser leurs conclusions sur des critères incertains, mais ayant le mérite d'exister… Et un des premiers éléments sur lequel s'appuyer est la connaissance des événements passés. En effet, en s'inspirant de situations ayant déjà eu lieu, des scénarios peuvent alors être envisagés. Via l’enregistrement des événements passés, l'observation publique des avalanches a donc un rôle important à jouer.

Dispositif expérimental

Trois dispositifs, indispensables à l’étude et à la gestion du risque d’avalanche en France, en particulier dans un cadre d’aménagement du territoire et dans un contexte de changement climatique, ont été mis en place et s’avèrent être de précieux outils d'aide à la décision :

  • la Carte de Localisation des Phénomènes d’Avalanche (CLPA) décrit les zones où des avalanches se sont produites dans le passé et sont représentées par leurs limites extrêmes atteintes
  • l’Enquête Permanente sur les Avalanches (EPA) est une chronique historique d’événements observés sur des sites sélectionnés
  • les Sites habités Sensibles aux Avalanches (SSA) inventorient les sites habités en hiver et accessibles avec un itinéraire sécurisé vis-à-vis des avalanches, et les classifient en 3 groupes selon leur sensibilité au risque d’avalanche

Les méthodes, données et résultats des travaux scientifiques et techniques sont présentés sur le site dédié : www.avalanches.fr.

Programmes en cours

Les dispositifs d’observation des avalanches ont été respectivement initiés en 1899 pour l’EPA et en 1970 pour la CLPA.

À la suite de l’avalanche catastrophique de Montroc à Chamonix en 1999 et sur la base des conclusions de la mission de retour d’expérience de l’Inspection générale de l’environnement, un programme d’actions a été défini pour mieux connaître et prévenir le risque d’avalanches et renforcer la sécurité des personnes et des biens.

Un premier ensemble d’actions a été conduit de 2002 à 2006 portant sur la mise en place, la modernisation, la diffusion et la gestion de bases de données sur les avalanches. Ces études ont été poursuivies de 2007 à aujourd’hui, notamment dans la perspective de pérenniser le fonctionnement des dispositifs EPA et CLPA et de poursuivre l’étude des sites habités sensibles aux avalanches (SSA).

Les données résultant de ces études sont organisées dans des systèmes d’informations, exploitant des bases de données textuelles, géographiques et numériques (photographies, images, scans…) hébergées par Irstea. Celles-ci sont pour la plupart publiques et disponibles sur www.avalanches.fr.

Collaborations

L’observation publique des avalanches en France est le fruit d’une collaboration MTES/Irstea/ONF :

  • la direction générale de la prévention des risques (DGPR) du ministère chargé de l’écologie (Ministère de la Transition Écologique et Solidaire) qui est chargé d’organiser et de mettre en place les actions de maintenance et de développement de la connaissance des avalanches, et une meilleure prise en compte de celles-ci dans l’aménagement du territoire
  • l’Office National des Forêts (ONF), avec notamment l’implication de ses services de restauration des terrains en montagne (RTM), au titre de ses missions d’intérêt général exercées pour le compte du ministère en charge de la prévention des risques
  • Irstea pour lequel ces missions relèvent de l’appui à l’action publique et de l’amélioration de la connaissance des phénomènes d’avalanche, avec notamment son unité de recherche Érosion torrentielle, neige et avalanches (ETNA)

Les retours des utilisateurs sont les bienvenus dans l’optique de la pérennisation et de l’amélioration des dispositifs de connaissance du phénomène d’avalanche :

http://www.avalanches.fr/pourquoi-maintenir-l-epa-dans-la-duree/

http://www.avalanches.fr/clpa-a-vous-de-jouer/

Publications

Une base bibliographique est en ligne : http://www.avalanches.fr/liste-bibliographique.

De nombreux supports de documentation sur les projets de recherche associés sont également disponibles ici : http://www.avalanches.fr/en-savoir-plus/, avec notamment :

les modèles probabilistes exploitant la donnée pour l’évaluation du risque : http://www.avalanches.fr/mopera-projet/

les liens avalanches-climat : http://www.avalanches.fr/projet-ecana/

Contacts

http://www.avalanches.fr

http://map.avalanches.fr/

clpa@irstea.fr

epa@irstea.fr

ssa@irstea.fr

Irstea - unité ETNA

2, rue de la papeterie - BP 76 - 38402 Saint-Martin-d'Hères Cedex

Tél : +33 4 76 76 27 27 - Fax : 04 76 51 38 03

Nicolas Eckert. Tél : +33 4 76 76 28 22

Mylène Bonnefoy-Demongeot. Tél : +33 4 76 76 27 15

Michaël Deschâtres. Tél : +33 4 76 76 27 90

Eric Maldonado. Tél :+33 4 76 76 28 15