Réduire la taille texte Rétablir la taille du texte par défaut Agrandir la taille du texte Partager cette page Favoris Courriel Imprimer

Un modèle de recherche

Irstea hérite du modèle de recherche finalisée du Cemagref, avec la volonté de le renforcer et de le développer.

Centré sur une recherche scientifique ayant l'objectif de produire des solutions concrètes au bénéfice de la décision publique et débouchant sur l'action (ou "recherche finalisée"), le modèle Irstea repose sur quatre paramètres fondamentaux :

  • Une recherche partenariale à forte composante technologique et méthodologique, fondée sur une démarche de co-construction des questionnements scientifiques avec de nombreux acteurs économiques. Titulaire de nombreuses conventions et contrats de recherche avec des entreprises, impliqué dans les pôles de compétitivité, engagé dans le transfert de ses travaux à travers le soutien ou la création d'entreprises innovantes, Irstea a vu son activité partenariale consacrée par l'attribution en 2006 du label Carnot, qui lui a été renouvelé en 2011.

  • Une recherche  en appui aux politiques publiques à travers une très importante coopération d'Irstea avec les ministères de l'Écologie et de l'Agriculture, les collectivités territoriales et les services déconcentrés de l'État. L'institut également possède des conventions de recherche avec des Agences, comme l'Onema, l'Ademe, l'Anses, ou avec des services de l'État comme la DATAR.
  • Une coopération scientifique avec les organismes de recherche et les Universités : une coopération qui s'exprime :
    • à travers les multiples collaborations de ses chercheurs sur les projets ou les contrats avec ceux des organismes pairs, ou via des accords-cadres bilatéraux. Plusieurs thèmes (réduction des risques liés aux pesticides, gestion de la biomasse en vue de sa valorisation énergétique...) font l’objet d’une stratégie de recherche concertée avec le Cirad et l’Inra, mais également le CNRS et l’Inria ;
    • au sein des Pôles de recherche et d'enseignement supérieur (PRES) proches des implantations géographiques de l'institut sur le territoire ;
    • par  ses liens avec les pôles de compétence «Sciences et Technologies du Vivant et de l’Environnement» (STVE) et les centres techniques ;
    • et depuis février 2009 à travers la création de l'Alliance nationale de recherche pour l'environnement AllEnvi.
  • Une dimension européenne et internationale, avec notamment une implication dans les réseaux européens de recherche environnementale  (comme PEER ou EurAqua) et dans  l'évaluation des politiques publiques européennes et de nombreux échanges et coopérations avec des Établissements de recherche dans le Monde (au Canada, en Australie, au Brésil).

Le modèle Irstea : quelques résultats

Au niveau européen

La démarche de collaboration enclenchée en 2001 avec six organismes de recherche européens au sein du réseau PEER (Partnership for European Environmental Research) permet à Irstea de se situer parmi les organismes qui obtiennent les meilleurs résultats aux appels d'offres européens.

  • Ainsi Irstea a-t-il contribué de façon très directe aux réflexions de la Commission sur les thèmes de l’eau et de l’environnement pour l’élaboration du 7e PCRD, avec pour résultat un taux de succès de 33 % aux appels d’offres parus.
  • L'institut et ses partenaires européens apportent également leur contribution au sein de publications remises à la Commission européenne. Citons notamment les rapports sur "l’adaptation au changement climatique et la formulation de nouvelles politiques à travers l’Europe", et sur " l'évaluation spatiale des services écosystémiques".