Vous êtes

Sélectionner

Réduire la taille texte Rétablir la taille du texte par défaut Agrandir la taille du texte Partager cette page Favoris Courriel Imprimer

Mieux gérer le risque incendie aux côtés des acteurs du territoire

Simulation de la vulnérabilié

Aujourd’hui, la lutte contre les feux de forêt débute par la mobilisation préventive des moyens d’intervention et sur une évaluation quotidienne et précise du risque. Des outils et méthodes sont développés par les équipes d'Irstea pour venir en appui aux gestionnaires et élus.

Infographie

Cliquez pour voir l'infographie dans son intégralité (double zoom).

 

Bon à  savoir - Réglementation française

PRIFF – Plan de Prévention du Risque Incendie Feux de Forêts
Outils juridiques existant pour prévenir certaines conséquences  des grands feux et limiter le risque de leur survenance. Ces PPRIF visent à maîtriser l’interface habitat-forêt et à éviter des implantations qui peuvent être à l’origine de départs de feu et sont difficiles à protéger en cas  d’incendie. Ils s’appliquent en complément d’un dispositif prévu par le code forestier qui comprend des mesures obligatoires de débroussaillement qui s’applique de droit sur plusieurs territoires sensibles aux feux de forêts.

Obligation légale de débroussaillement (article L.134-6 du Code forestier)
Cette obligation s’applique, par arrêté préfectoral, pour les particuliers qui vivent au sein d’espaces exposés aux risques d’incendies de forêts : débroussaillement obligatoire de 50 m, parfois 100m selon les communes, autour des habitations (et de tout bâtiment) ; mais aussi aux autorités concernées (communes,  départements, …) pour les espaces le long des routes, des voies ferrées  et des réseaux (ex : EDF). En zone urbaine, les Plans Locaux d’Urbanisme incluent les zones de débroussaillement de parcelle. Télécharger une brochure d'information pour le grand public sur le débroussaillement (Bouches-du-Rhône).

 

Irstea développe des outils d’aide à la décision destinés aux acteurs du territoire pour prévenir le risque

Objectif : évaluer la vulnérabilité et modéliser le risque d’incendie de forêt de manière à aider les gestionnaires dans leurs actions de prévention et de planification territoriale.

Avant l'incendie

 

Modéliser des feux de pleine forêt

Irstea a développé des modèles mathématiques de modélisation de l'aléa feu de forêt fondés sur l'étude de la végétation combustible.

Des modèles utilisés encore aujourd’hui pour la cartographie de l'aléa, notamment pour l'élaboration des Plan de Prévention des Risques Incendies de Forêts (PPRIF).

 

Des outils de cartographie pour la prévention

Cartographier précisément les interfaces habitat-forêt est essentiel pour une gestion du risque incendie optimale.

 

Évaluer la vulnérabilité du bâti

Un modèle multicritères a été développé pour produire un outil d'aide à la décision de gestion des interfaces habitat-forêt, s'adressant tant aux résidents qu'aux aménageurs.

 

Après l'incendie

Logiciel Postfire-DSS : agir dans les forêts après l’incendie

Lorsque le feu a détruit la forêt, que faut-il faire ? Un logiciel d’aide à la décision a été développé dans le but de fournir aux gestionnaires des pistes d’action concrètes : l’écosystème peut-il se restaurer naturellement ? Si oui, quelle en sera la composition probable et sous quel délai ? Sinon, quelles espèces faut-il introduire et quelles sont les techniques de restauration à privilégier ?

"Les outils d’aide à la décision comme celui-ci - développés dans le cadre du projet de recherche européen FUME - expliquent comment obtenir des structures forestières moins inflammables, pour la plupart des peuplements, notamment des résineux dont la gestion est complexe, des peuplements forestiers plus résistants face au feu, et se régénérant mieux après le passage du feu. Nous avons, par exemple, montré comment transformer des peuplements de pins en forêt mélangée pin et chêne blanc pour limiter les risques à long terme", explique Thomas Curt, ingénieur-chercheur à Irstea.

Le logiciel Postfire-DSS a été pensé comme un outil standard à l’échelle européenne, décliné dans chaque pays. La version française a été développée par les équipes d’Irstea d’Aix-en-Provence et est déjà utilisée par des gestionnaires et élus. Des améliorations sont toujours en cours.

 

Une échelle d’intensité pour les incendies de forêt

En 2002, à la demande du Ministère en charge de l’Environnement, une équipe d’Irstea développe une échelle de mesure d’intensité pour le phénomène incendie de forêt. Un outil de constat qui fait référence.

 

Développer la culture du risque

La culture du risque, c’est-à-dire la connaissance du danger et des mesures à prendre pour le prévenir ou y faire face, est au cœur des études de vulnérabilités. Ainsi, un modèle de vulnérabilité du bâti a été développé sur la base de dires d’experts et d’expérimentations en laboratoire virtuel calibrées sur des feux réels. Un logiciel a été développé à partir de ces résultats et doit être à terme disponible sur une plateforme web afin de permettre à la population concernée d’évaluer leur niveau de vulnérabilité (matériaux de construction de la maison, présence d’espèces ornementales et distance du bâti, mobilité potentielle) et de hiérarchiser les mesures à prendre (débroussaillement, élagage, enlever le bois mort près de l’habitation, etc.).

L'application gratuite de crowdmapping "Signalert" a été lancée durant l’été 2015. Elle permet aux citoyens de signaler et de décrire des évènements naturels d’intensité faible ou extrême, dont les feux de forêt. La start-up à l'origine de l'application s’est associée aux équipes Irstea d’Aix-en-Provence pour élaborer le questionnaire de description des incendies. 4 types de questions sont à renseigner:

  1. la taille du front de flamme et le nombre de foyers,
  2. le type de zone touchée,
  3. la couleur de la fumée
  4. et la force du vent.

L'utilisateur reçoit en retour des informations sur les témoignages d'autres usagers à proximité et peut échanger avec eux via les réseaux sociaux. Il dispose également de conseils sur les comportements appropriés face aux dangers ou des liens vers des sites officiels émettant des messages de vigilance ou d’alerte. Cette année, l’opération est renouvelée avec l’ouverture complémentaire d’un portail en accès libre (WorldFire) permettant à quiconque de consulter les alertes pour incendie de forêt récentes (moins de 2 mois d'ancienneté) lancée avec l’application Signalert. Ce portail sera ouvert jusqu’en octobre 2016. Cette démarche permet non seulement de sensibiliser les citoyens aux risques liés aux incendies de forêt, mais aussi de donner l’alerte le plus précocement possible aux pompiers.

 

La lutte contre les incendies : analyste du feu, une nouvelle compétence

Pour la première fois en France, des analystes du feu, capables d’anticiper l’évolution du feu en fonction de la végétation, des conditions climatiques, de sa localisation entre autres, bénéficient de l’expertise d’Irstea à Aix-en-Provence pour se former à la compréhension du phénomène et ainsi optimiser efficacement les actions de lutte sur le terrain. Un réseau expérimental s’est formé dans les Bouches-du-Rhône en 2015 composé de 25 analystes du feu… un métier déjà répandu aux Etats-Unis, en Australie et en Espagne.