Vous êtes

Sélectionner

Réduire la taille texte Rétablir la taille du texte par défaut Agrandir la taille du texte Partager cette page Favoris Courriel Imprimer

Agriculture et énergie : méthanisation des déchets agricoles

Et si les 150 millions de tonnes de résidus organiques, générés chaque année par les activités agricoles, étaient valorisables à l’échelle de l’exploitation et de ses environs ? C’est l’un des enjeux du plan ministériel Energie Méthanisation Autonomie Azote (plan EMAA), qui ambitionne l’installation de 1 500 méthaniseurs à la ferme d’ici 2020. En cohérence avec ce plan, Irstea poursuit ses travaux sur l’optimisation des procédés et le développement d’une approche économique, territoriale et environnementale de la filière.

 

Méthanisation : développement de la filière sur le territoire français

Pour atteindre l’objectif des 32 % en 2030 de part des énergies renouvelables dans le mix énergétique, l’agriculture a un rôle à jouer : les déchets de chaque exploitation représentant une source de biogaz. Focus sur les travaux de développement de la filière.

 

Méthanisation : optimiser le procédé de méthanisation

Depuis 30 ans, Irstea travaille à l’optimisation des procédés de méthanisation. Le point sur les dernières innovations.

 

Méthanisation: mesurer les impacts environnementaux des filières

Comment mettre en place cette activité en plein développement pour qu’elle génère le moins d’impacts environnementaux possibles?

 

A lire aussi

Mieux contrôler les consommations énergétiques d'une exploitation agricole

Terminal d'affichage de la consommation de carburant © Irstea / D . Boffety

Alors que les technologies embarquées sur les machines ou installées en parcelles (voire dans les airs !) font dialoguer les champs avec les agriculteurs, les machines envoient, elles aussi, des informations aux agriculteurs.

Gestion de l'eau et production d'énergie durable : l'agri-voltaisme

À l’heure où l’on constate en France un net recul de la surface des terres agricoles (51 % de la surface du territoire en 2012 – - source MEDDE 2014, contre 70 % encore en 1950), Irstea s’intéresse à l’optimisation de l’irrigation et de la production végétale sous panneaux solaires.

Le système agrivoltaïque mis en place à Irstea Montpellier avec l’Inra et Sun’R associe sur une même surface des cultures au sol (laitues, haricots, concombres, blés dur et vignes) et des panneaux solaires maintenus en hauteur à 4,5 m du sol par une structure porteuse en bois ouverte, permettant la culture mécanisée. Au-delà de la réponse au défi énergétique que ce système représente, Irstea s’est intéressé plus particulièrement durant plus de 2 ans à l’ombrage des parcelles.


Celle-ci peut modifier le besoin en eau des plantes et augmenter la productivité des cultures sous panneaux, même en condition de stress hydrique. On note une économie de 20 à 30 % d’eau pour l’arrosage des plantes car les panneaux solaires maintiennent les plantes une partie de la journée à l’ombre.