Vous êtes

Sélectionner
Array
(
    [currentNodeId] => 569
    [currentNodeIdFr] => 569
    [currentClassIdentifier] => book
    [currentBook] => 528
    [left_menu_selected_node_id] => 569
    [root_node_id] => 36
    [defaultHeaderBandeau] => /images/bando_1.jpg
    [currentBookFr] => 528
    [has_left_column] => 1
)

Réduire la taille texte Rétablir la taille du texte par défaut Agrandir la taille du texte Partager cette page Favoris Courriel Imprimer

Des radars pour anticiper les risques liés aux précipitations en montagne

En montagne, des précipitations intenses et très localisées provoquent des crues torrentielles, des glissements de terrains et, en hiver, des avalanches. Le réseau de radars de Météo-France, déployé en plaine, couvre médiocrement les zones de montagne. IRSTEA et Météo-France collaborent au projet RHYTMME1 qui repose sur l’implantation, dans les Alpes du Sud, de radars de nouvelle génération, plus compacts et moins coûteux. L’objectif : proposer une plateforme de prévision des aléas naturels liés aux précipitations, afin de permettre aux acteurs locaux d’anticiper les événements dangereux et d’améliorer la gestion des risques montagnards.

Dans les massifs montagneux, les bassins versants de petite taille, pentus, souvent dénudés, canalisent brutalement les pluies vers les torrents et les rivières, entraînant érosions, débordements et inondations dévastatrices. Or, les acteurs locaux en charge de la prévention des risques ne disposent pas aujourd’hui des moyens suffisants pour anticiper ces phénomènes brutaux et leur gravité. Des radars hydrométéorologiques “en bande C ou S”2, d’une portée d’environ 120 km, sont utilisés par Météo-France en plaine (réseau ARAMIS3) pour mesurer en temps réel les précipitations et ainsi anticiper les événements dangereux, comme les crues éclair. À cause de l’écran des reliefs, ce réseau de radars ne voit pas les massifs alpins et pyrénéens, alors que le réseau de pluviomètres au sol ne permet pas de rendre compte des précipitations, celles-ci variant fortement d’un lieu à l’autre en montagne.  

Des radars nouvelle génération testés dans les Alpes du Sud

Afin de pallier ces inconvénients, le projet RHYTMME, piloté par IRSTEA et Météo-France, a démarré en 2008. Il s’appuie sur le déploiement d’un réseau de radars de nouvelle génération, les radars “en bande X”2, plus compacts et d’installation moins contraignante et moins onéreuse. Ils fournissent des mesures de précipitations, toutes les cinq minutes, à l’échelle du km2, mais sur une portée plus faible, de 30‑60 km. Ce sont donc des candidats privilégiés pour une installation en montagne. Ils permettent également d’identifier la nature des précipitations : pluie, neige, grêle,… et mesurent la vitesse des vents en situation de pluie. Dans le projet, les équipes de Météo-France s’attachent à tirer pleinement parti des propriétés innovantes de ce radar.

Les scientifiques d'IRSTEA, spécialisés dans l’étude des risques de montagne (érosions torrentielles, avalanches) et des risques méditerranéens (crues éclair, feux de forêts) s’intéressent, avec les experts du CETE (pour les aléas de mouvements de terrain), à la dynamique des phénomènes dangereux que les précipitations peuvent induire sur les bassins versants.

L’objectif est de fournir aux acteurs locaux – maires, services déconcentrés de l’État – une véritable plateforme de services de prévisions des aléas naturels et des événements dangereux, afin d’améliorer la gestion des risques dans ces zones montagneuses.

Une expérience pilote à suivre…

Le projet RHYTMME associe aussi des partenaires locaux spécialistes des aléas naturels, qui seront des utilisateurs des services d’avertissement issus de la plateforme : les services départementaux de Restauration des Terrains en Montagne (RTM) et de l’Office National des Forêts (ONF).

Ces services mettent à disposition leurs bases de données qui répertorient les événements passés en montagne, contribuant ainsi à optimiser l’implantation des radars. Pour l’heure, un radar en bande X est opérationnel au Mont Vial (Alpes-Maritimes) dans le cadre d’un projet de recherche antérieur.

Le premier radar financé par RHYTMME sera installé au Mont Maurel (Alpes-de-Haute‑Provence) cet automne. Deux autres radars en bande X seront ensuite déployés en région Provence-Alpes-Côte-d’Azur d’ici 2013. À plus long terme, ce projet pourra être transposé à d’autres territoires montagneux français, voire étrangers, confrontés aux mêmes aléas.

Pour en savoir plus :

1 - RHYTMME : Risques Hydrométéorologiques en Territoires de Montagnes et Méditerranéens (2008‑2013). Ce projet qui entre dans le cadre du Contrat de projet  État-Région 2007-2013, est cofinancé par l'Union Européenne, le Ministère en charge de l'écologie - DGPR (Direction Générale de la Prévention des Risques) et la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

2 - Radar Bande S : longueur d’onde 10 cm, antenne 6 m, portée hydrologique 120‑150 km. Radar Bande X : longueur d’onde 3 cm, antenne 1,5 m, portée hydrologique 60 km.

3 - ARAMIS : Application Radar à la Météorologie Infra-Synoptique (réseau opérationnel de radars de Météo-France).

 


Partenariats


 

 

 



RHYTMME est cofinancé par l’Union européenne
L’Europe s’engage en PACA avec le Fonds Européen de Développement Régional

 

 

 

Ministère de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de la Mer : financement du projet RYTHMME sur la période 2008 - 2013.

 

 

 

 

Risques Hydro-météorologiques en Territoires de Montagne et
Méditerranéens avec les porteurs du projet.