Vous êtes

Sélectionner

Réduire la taille texte Rétablir la taille du texte par défaut Agrandir la taille du texte Partager cette page Favoris Courriel Imprimer

PCB : sédiments pollués, poissons contaminés

Info Média N°100, Janvier 2012

Une étude des chercheurs d’Irstea confirme et éclaire la relation entre la contamination aux PCB des sédiments et celle des poissons dans les rivières.

Les PCB sont des substances aujourd’hui interdites qui ont été largement utilisées des années 1930 aux années 1980 dans l’industrie, entre autres comme isolants. Rejetés en masse dans l’environnement, ces polluants toxiques pour les mammifères, dont l’homme, ont contaminé les sols, les rivières… et les poissons. Jusqu’à contraindre les pouvoirs publics à produire des arrêtés d’interdiction de consommation des poissons, totale ou partielle suivant le degré de contamination des espèces et leur capacité à accumuler les PCB, dans de nombreuses rivières françaises.


Le Rhône et ses affluents, concernés par ces arrêtés, font l’objet depuis 2007 d’un diagnostic approfondi mis en œuvre par la DREAL régionale et impliquant Ies chercheurs d’Irstea Rhône-Alpes. Les résultats de leur étude, inscrite dans le plan d’actions ”PCB” national ainsi que dans celui spécifique au bassin Rhône-Méditerranée, confirment bel et bien l’origine sédimentaire de la contamination. Ils apportent en outre un nouvel
éclairage sur la compréhension des relations entre la teneur en PCB des sédiments et celle des poissons.

Comprendre les mécanismes de transfert pour identifier un taux de PCB ”sans risque” dans les sédiments

L’étude a porté sur 3 espèces de poissons - la brème commune, le barbeau fluviatile et le chevaine – capturés, avec leurs proies, sur 3 sites du Rhône, où des carottages de sédiment ont également été effectués. Par une analyse statistique, les scientifiques ont pu montrer que la contamination de ces poissons en PCB est liée à leur taille, à la concentration en PCB des sédiments, ainsi qu’au taux de carbone d’origine détritique, donc sédimentaire, dans leur alimentation. Dans la même étude, un modèle d’accumulation basé sur la physiologie des poissons a été développé. Ces deux modèles, statistique et physiologique, ont permis de déterminer des concentrations en PCB dans les sédiments au-dessous desquelles les poissons sont conformes au seuil réglementaire (8 pg TEQ - équivalent toxique - par gramme de poids frais). Ce seuil ”sans risque” dans les sédiments se situe, selon les modèles et le site, entre 2,6 et 14 μg de PCB par kg de poids sec.

Ces premiers résultats, qui offrent également une vision des tendances de ces contaminations dans le temps, ouvrent aujourd’hui la perspective d’estimer le délai de retour des poissons à des niveaux de contamination inférieurs au seuil réglementaire. Utiles pour les gestionnaires et les pouvoirs publics dans leur prise de décision en termes de pêche et de consommation, ces modèles s’avèrent potentiellement
transposables à d’autres polluants que les PCB.

Pour en savoir plus :

http://www.rhone-mediterranee.eaufrance.fr/usages-et-pressions/pollution_PCB/pcbarretes-
interdiction.php

 

Contact scientifique

Irstea Lyon
Marc Babut
Tél. 04 72 20 87 28

Cette étude a reçu le soutien de l’Onema, de l’Agence de l’eau Rhône-Alpes et Corse, des régions Rhône-Alpes, Provence-Alpes- Côte d’Azur et de la Compagnie nationale du Rhône.

Seuil réglementaire à la date de publication du rapport (juin 2011).

Sous ”PCB”, on entend ici la somme de 7 PCB indicateurs. Ces concentrations ne sont pas affectées par les récentes modifications des seuils réglementaires, intervenues début 2012.