Vous êtes

Sélectionner

Réduire la taille texte Rétablir la taille du texte par défaut Agrandir la taille du texte Partager cette page Favoris Courriel Imprimer

#DigitAg pour l’agriculture numérique : premier Institut de Convergence Irstea

12/07/2016

L’Institut de Convergence Agriculture numérique (#DigitAg), porté par Irstea, soutenu par la métropole Montpellier Méditerranée et réunissant 8 infrastructures des investissements d’avenir, 4 instituts de recherche, 4 structures d’enseignement supérieur, la SATT AxLR, l’ACTA, le pôle de compétitivité Qualimed et 8 entreprises privées, a été retenu dans la première vague des Instituts de Convergence (financés dans le cadre des Investissements d’Avenir). Un des 5 instituts sélectionnés parmi 36 candidats, #DigitAg ambitionne de devenir une référence mondiale pour l’agriculture numérique sur la base d’un continuum ambitieux de recherche-formation-valorisation.

Confronté à un défi alimentaire majeur, l’agriculture doit rapidement augmenter ses performances économiques, environnementales et sociales. Les nouvelles technologies sont un levier puissant de la révolution attendue. Afin de favoriser le développement et le déploiement de l’agriculture numérique en France, en Europe et dans les pays du Sud, l’Institut de Convergence Agriculture numérique #DigitAg [1] propose un projet de recherche interdisciplinaire fortement tourné vers la valorisation et l’enseignement supérieur.

Pour y parvenir, il s’appuie sur :

  • une forte interdisciplinarité des Sciences pour l’ingénieur (SPI, en particulier l’informatique, les mathématiques, l’électronique, la physique), des sciences du vivant appliquées, sciences sociales et de gestion. Il bénéficiera pour cela des communautés de l’Inra, de l’Inria, du Cirad et d'Irstea (porteur du projet), des structures des labex Agro, Numev et Entreprendre, des équipex Geosud et Phénome, des projets "Biotechnology & Bioressources" BreedWheat et Amaizing, et de l’I-site/Idex de Montpellier,
  • une implication des acteurs de l’enseignement : Université de Montpellier, Montpellier SupAgro, Agro ParisTech et ACTA. Et en relation avec les universités des pays du Nord comme du Sud,
  • et une collaboration dès l’amont avec les acteurs économiques : SATT AxLR, le pôle de compétitivité Qualimed, IDATE, Agriscope, Fruition Science, ITK, l'entreprise SMAG, Pera-Pellenc, Terranis et Vivelys et avec le soutien de la métropole Montpellier Méditerranée (French Tech).

Les travaux se développeront sur 6 axes :

  1. Nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC) et monde rural
  2. NTIC et innovation
  3. Capteurs et acquisition et gestion de données
  4. Système d’information
  5. Structuration du Big data agricole
  6. Modélisation et simulation

Le tout, aux echelles micro (à la ferme) et macro (impact sur les actions de conseil, nouvelles relations dans les territoires, agriculture numérique dans la chaîne de production, agriculture numérique et pays du Sud). Il prévoit sur 6 ans : 150 masters, 56 thèses,17 à 19 contrats de post-doc. Et vise à créer une graduate school de niveau international, avec 3 formations en agriculture numérique.

Instituts de Convergence & défis majeurs

L’objectif des Instituts de Convergence est de rassembler et structurer des sites scientifiques pluridisciplinaires de grande ampleur et de forte visibilité pour mieux répondre à des enjeux majeurs, tels que le changement climatique et l’usage des terres ou encore l’agriculture numérique. Pour y parvenir, ces "centres" s’inscrivent dans un continuum recherche / formation / innovation.

Le projet d’Instituts de Convergences, financés par les Investissements d’Avenir, a fait l’objet d’une première vague d’appel à projets. Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Thierry Mandon, secrétaire d’Etat chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et Louis Schweitzer, commissaire général à l’investissement, ont annoncé jeudi 7 juillet les 5 projets lauréats sur les 36 déposés :

  • Centre Turing des Systèmes Vivants (Université d’Aix-Marseille)
  • Changement climatique et usage des terres (Université Paris-Saclay)
  • Institut de Convergence Agriculture Numérique (Irstea)
  • Institut Langage, Communication et Cerveau (Université d’Aix-Marseille)
  • Institut de Convergence de l’Emergence des Pathologies à Travers les Individus et les Populations (Institut Pasteur)

Chaque projet sera évalué en vue d’un dépôt de candidature lors de la seconde vague, qui sera prochainement annoncée.

Lire le communiqué du Ministère.

En savoir plus

[1] Porté par Irstea, soutenu par la métropole Montpellier Méditerranée et réunissant 8 infrastructures des investissements d’avenir, 4 instituts de recherche, 4 structures d’enseignement supérieur, la SATT AxLR, l’ACTA, le pôle de compétitivité Qualimed et 8 entreprises privées.