Vous êtes

Sélectionner

Réduire la taille texte Rétablir la taille du texte par défaut Agrandir la taille du texte Partager cette page Favoris Courriel Imprimer

Agriculture numérique : lancement d'une nouvelle chaire d'entreprises "AgroTIC"

16/11/2016

23 entreprises et partenaires techniques, 3 établissements d’enseignement et recherche et 1 fondation se sont associés pour lancer la chaire d'entreprises « AgroTIC». Au cœur du projet un double objectif : favoriser la diffusion des technologies numériques pour l’agriculture notamment tout en renforçant le lien entre formation-recherche-entreprise. 

Drones, capteurs et autres objets connectés ont fait leur apparition dans les champs et les exploitations et sont autant de nouveaux outils pour mieux comprendre et appréhender les besoins des cultures et des cheptels. Les technologies numériques sont devenues une clé du développement de l’agriculture de précision. Et, face au défi de triple performance - économique, environnementale et sociale- assigné à l’agriculture, les pouvoirs publics affichent une volonté forte d’initier et accompagner l’innovation. Le numérique est au cœur des préconisations, comme en atteste le rapport Agriculture - Innovation 2025 . Mais il soulève également des questions :

  • Quel rôle pour chacun dans l’agriculture numérique de demain ?
  • Pour les entreprises : quel positionnement choisir et quels nouveaux services développer au regard des besoins ?
  • Pour les exploitants : quelle valeur ajoutée attendre, quelle confiance accorder ? Comment profiter au mieux de ces nouvelles opportunités et les intégrer au fonctionnement de l’exploitation ?

C’est pour répondre de manière collective à ces nouveaux défis, que Montpellier SupAgro, Bordeaux Sciences Agro et  Irstea ont créé la chaire d’entreprises «AgroTIC» soutenue par SupAgro Fondation, et lancée le mercredi 16 novembre à l’occasion du salon Agri Connect.

Les missions de la chaire

Véritable trait d’union entre le monde de la recherche et le monde économique, les chaires d’entreprises sont une association entre des établissements d'enseignement et des partenaires du monde socio-économique pour porter des actions d'intérêts commun en lien avec la formation, la recherche et le transfert des savoirs.

La nouvelle chaire « AgroTIC » a ainsi pour mission principale de favoriser la diffusion des technologies numériques pour l’agriculture notamment en renforçant le lien entre formation-recherche-entreprise. 3 axes ainsi qu’une liste d’actions correspondantes afin de faire progresser la culture ont été établis à partir des besoins des entreprises. 

  • Suivre la transition numérique (recherche, usages, autres secteurs)
  • Créer et animer un Observatoire des usages de l’agriculture de précision pour produire un état des lieux annuel, qualitatif et quantitatif, sur l'adoption et la diffusion des technologies numériques au sein de toutes les filières de l’agriculture française et, à terme, européenne.
  • Réaliser un Etat des lieux des besoins de formation des professionnels  de l’agriculture numérique, toutes filières et tous métiers confondus (agriculteurs, techniciens, conseillers, etc.).
  • Organiser des Séminaires pour faire le point sur les applications et les usages d’une technologie spécifique en agriculture : état de l’art, tour d’horizon des produits et services existants, témoignages.
     
  • Explorer les possibilités offertes par des technologies émergentes
  • Organiser et animer le Challenge innov’Agro pour intégrer les étudiants à une dynamique d’innovation et de créativité en leur demandant d’inventer de nouveaux services pour l’agriculture et/ou l’environnement. Au cours de cet exercice pédagogique, les étudiants de la formation AgroTIC travaillent en équipes pluridisciplinaires avec des étudiants ingénieurs d’écoles d’informatique et de commerce. Etudiants et entreprises impliquées profitent d’échanges privilégiés à l’occasion de cette exploration de technologies nouvelles. 
  • Etudier l’opportunité d’une technologie émergente, en termes de nouveaux usages ou de nouveaux services. Les études seront conduites par les ingénieurs de l’équipe avec l’appui des ressources techniques des instituts porteurs et des partenaires techniques.
  • Mobiliser le Fond d’émergence de projets pour mettre en œuvre rapidement des ressources pour un projet nouveau et ainsi réagir de façon agile en fonction des opportunités et des actualités.
  • Identifier des compétences pour nouer de nouvelles collaborations
  • Attribuer la Bourse de « l’entrepreneur en agriculture numérique » pour soutenir un porteur de projet d’entrepreneuriat innovant en agriculture numérique.
  • Établir la Cartographie des acteurs de la recherche en Agriculture Numérique pour  recenser et connaitre les compétences des acteurs français et européens de la recherche en agriculture numérique et permettre à chacun d’identifier plus facilement un partenaire potentiel.
  • Organiser des Visites collectives de laboratoires de recherche afin de faire se rencontrer les entreprises et les laboratoires de recherche dont les compétences peuvent les intéresser. L’équipe de la chaire identifiera les laboratoires et organisera les visites pour les professionnels et les étudiants.

23 entreprises et partenaires techniques engagés pour 3 ans

De la start-up au grand groupe, du métier de producteur agricole à celui de fournisseur de produits et services numériques, les entreprises partenaires de la chaire sont représentatives de « la filière du numérique agricole » aujourd’hui.

23 entreprises membres soutiennent la chaire par un mécénat financier et participent à sa gouvernance : Agriscope, AgroSud, AgroTis, Airbus Defense and Space, Arterris, Asape, BASF, Ekylire, Exotic Systems, Fuition Sciences, ICV, Isagri, ITK, la France Agricole, Maïs Adour Groupe Coopéreatif, Mes parcelles, Naïo Technologies, Pera Pellenc, SMAG, SIKA, Terranis, les Vignerons de Tutiac, Vitirover.

La chaire pourra également compter sur l’appui de 3 « partenaires techniques » : GS1 France, Cea Tech, Acta. Ces  structures publiques, instituts techniques, interprofessionnels ou associations qui ont des compétences fortes et reconnues dans des domaines intéressant la chaire. Ils interviendront en apportant un mécénat de compétences selon les besoins.

La chaire est portée et animée par 2 établissements publics d’enseignement supérieur et de recherche agronomique, Montpellier SupAgro , Bordeaux Sciences Agro et Irstea et s’appuie pour son fonctionnement sur une fondation universitaire de droit public : Montpellier SupAgro Fondation.

Ainsi, la chaire s’inscrit dans la continuité du partenariat engagé depuis plus de 20 ans entre Montpellier SupAgro et Bordeaux Agro pour le portage de la spécialité de troisième année d’ingénieur AgroTIC.

Irstea et Montpellier SupAgro collaborent au travers d’équipes mixtes de recherche et sont aujourd’hui associés au sein de l’Institut Convergences Agriculture numérique #DigitAg, porté par Irstea et soutenu par la métropole Montpellier Méditerranée.  #DigitAg propose un projet de recherche interdisciplinaire fortement tourné vers la valorisation et l’enseignement supérieur. Certaines actions de la chaire y seront également directement rattachées.

 

Ancrée sur 2 régions : Occitanie et Nouvelle Aquitaine, la chaire affiche d’ores et déjà une ambition européenne et entend profiter des réseaux scientifiques internationaux pour s’intéresser aux développements des technologies et des usages relatifs au numérique agricole à l’échelle européenne. Une chaire à suivre….

Un enjeu d’interopérabilité des solutions

La multiplication des sources de données et leur hétérogénéité, l’apparition de nouveaux types d’opérateurs rendent difficile l’appropriation des technologies. Pour le moment, des solutions sont proposées de façon encore trop atomisée. La notion d’interopérabilité, c’est-à-dire la capacité des produits ou systèmes d’information à fonctionner avec d’autres produits et systèmes, est au cœur des réflexions. Les exploitants doivent pouvoir disposer de produits et services interconnectés où la valeur ajoutée globale  est supérieure à la somme des valeurs ajoutées de chaque solution.

Toutefois, en pratique les choses ne sont pas si simples… Une acculturation et un travail sur les technologies sont nécessaires.

 

En savoir plus :