Vous êtes

Sélectionner

Réduire la taille texte Rétablir la taille du texte par défaut Agrandir la taille du texte Partager cette page Favoris Courriel Imprimer

Les SATT, coup de boost pour l’innovation

© Andriy Dykun - Fotolia.com

04/03/2014

De la découverte, l’invention technologique ou l’élaboration d’un prototype en laboratoire de recherche jusqu’à sa commercialisation par une entreprise, il existe un long processus souvent insoupçonné. C’est pour aider les organismes de recherche à mieux valoriser leurs résultats que les Sociétés d’Accélération du Transfert de technologies ont été créées en 2010. 4 ans plus tard, on compte déjà 14 SATT, Irstea est actionnaire de 2. 

Tout part d’un constat, dans les classements internationaux, la France excelle  dans la « Recherche » mais chute en termes d’« innovation ». Le processus s’enraye, quelque part entre la mise au point du prototype dans un laboratoire de recherche et sa commercialisation après transfert de technologie dans une entreprise… Pour y remédier le Plan d’investissement d’avenir lancé en 2010 a proposé, entre autre, la création de SATT (Société d’accélération du transfert de technologie). 4 ans plus tard, sur les 14 SATT créées, Irstea est partenaire-actionnaire de 3. Focus sur leurs potentiels et leurs fonctionnements. 

Des atouts centraux

Les SATT disposent de 2 atouts non négligeables :
  • Guichet unique : Rassemblant les services de valorisation des organismes actionnaires, elles constituent un interlocuteur privilégié pour les entreprises et facilitent les prises de contact et démarches 
  • Financement garanti : Conçue comme des sociétés d’actions simplifiées, elles sont dotées au départ par l’Etat d’un capital d’1 million d’euros et bénéficient d’un financement pendant 10 ans. Elles ont ainsi les moyens humains et financiers. 
Comme le rappelle Véronique Vissac-Charles, directrice de la Valorisation et du transfert à Irstea, les instituts de recherche et les universités n’ont pas attendus les SATT pour valoriser leurs travaux, mais leurs forces et leurs compétences étaient limitées par des moyens parfois trop faibles et trop dispersés. 
Bien plus, les organismes de recherche participant aux SATT comme actionnaires ne se départissent pas des droits de propriétés intellectuelles sur les brevets, et si le transfert d’une technologie est un succès ils en récoltent les bénéfices.

De l’invention à l’innovation

 Entre une technologie dans son laboratoire, le brevet qui en sort, et la possibilité d’exploitation de l’invention, il y a des frais de maturation qu’un institut ne peut pas toujours prendre en charge , nous explique Véronique Vissac-Charles. Le rôle des SATT est d’aider à la transformation d’une invention en une innovation par la prise en charge du travail de maturation et en fournissant des prestations de services. 
En pratique : les organismes de recherche proposent à la SATT une invention ou une licence et elle décide ou non de prendre en charge le dépôt de brevet et les frais de maturation. 
  • En cas de prise en charge, elle investit dans le projet et engage les démarches pour la maturation du projet (études de marché, recherche partenariale, évaluation de la valeur…)
  • En cas de non prise en charge, le service de valorisation de l’institut de recherche peut décider d’investir seul dans le projet. La SATT peut alors l’aider en lui donnant accès à des prestations de service nécessaire pour  la valorisation et le transfert de la technologie. 
Plus en amont, les SATT vont pouvoir aider les services de valorisation dans le travail de détection des inventions. En effet, dans certaines disciplines la déclaration d’invention n’est pas encore un process bien partagé et il est nécessaire d’aller à la rencontre des chercheurs pour détecter les inventions et les former aux méthodes de la valorisation. 2 actions que les organismes vont pouvoir mettre en œuvre sur des bases régulières grâce aux prestations de services proposées par les SATT dont ils sont membres.   
 
S’il faut encore attendre quelques années avant d’évaluer l’efficacité de ces nouvelles structures, le processus de valorisation de la recherche semble prometteur. 

Irstea impliqué dans 3 SATT

En tant qu’actionnaire : 
  • SATT AXLR: basée en Languedoc-Roussillon active depuis 2013  elle regroupe 11 organismes fondateurs actionnaires (L’Etat, la Caisse des dépôts et consignations, l’Université Montpellier 1, l’Université Montpellier 2, l’Université Montpellier 3, Université  de Nîmes, Université de Perpignan, CNRS, Irstea, IRD, INSERM, Centre National d’Etudes Supérieures en Sciences Agronomique, ENSCM)
  • SATT Grand-centre : Débutant en 2014 elle regroupe 5 organismes fondateurs actionnaires (L’Etat, la Caisse des dépôts et consignations, PRES Clermont Université, PRES Centre Val de Loire Université, PRES Limousin Poitou Charentes, CNRS, Irstea). 

​En tant que partenaire : 

  • SATT GIFT (Grenoble Alpes Innovation Fast Track): basée à Grenoble, elle regroupe 13 organismes fondateurs et orientée vers la création d’entreprises innovantes. 

En savoir plus