Vous êtes

Sélectionner

Réduire la taille texte Rétablir la taille du texte par défaut Agrandir la taille du texte Partager cette page Favoris Courriel Imprimer

Agriculture numérique : remise du rapport sur un portail de données pour une agriculture connectée et durable

Remise du rapport portail de données agricoles, S.Le Foll, A. Lemaire, JM Bournigal ©Cheick Saidou/Min.Agri.Fr

11/01/2017

Préparer la mise en place d’un portail de données agricoles au service d’une agriculture connectée et durable pour et par les agriculteurs, voici la mission que Stéphane Le Foll, Thierry Mandon et Axelle Lemaire, ont confié en avril 2016 à Jean-Marc Bournigal président d’Irstea. Le rapport a été remis aux ministres le 10 janvier 2017

L’agriculture, comme le reste de l’économie est désormais connectée. Il y a là une transition à accompagner que le Gouvernement entend soutenir, en particulier au bénéfice de l’évolution vers l’agro-écologie de notre agriculture. Cela s’inscrit dans les objectifs de la loi pour une République numérique et de la Stratégie Nationale de Recherche.

Constituant l’une des 8 actions du Plan « Agriculture –Innovation 2025 » lancé le 29 février 2016 pour relever le défi de la multi-performance en mobilisant pleinement la créativité et l’énergie du monde agricole, le rapport fait suite aux missions « Agroéquipements » et « Agriculture- Innovation 2025 » et répond au vif intérêt pour ce projet manifesté par la profession. Il résulte d’un travail partenarial avec les acteurs du monde agricole et de l’informatique et s’appuie sur l’étude d’initiatives similaires en France, en Europe et dans le monde. Il a été remis le 10 janvier 2017 en présence Stéphane Le Foll et d’Axelle Lemaire.

La mission souligne ainsi une réelle attente des acteurs français et européens de mise en œuvre rapide d’un portail visant à mutualiser et valoriser des données agricoles largement morcelées. Dans un contexte mondial de concentration des données disponibles, il devient urgent pour l’agriculture française de s’approprier leur maîtrise. 

4 recommandations principales

Les recommandations pour la mise en place du portail peuvent être rassemblées ainsi :
  • Un portail organisé autour d’un guichet unique de données et 4 autres fonctionnalités complémentaires. Le guichet permet l’accès à des jeux de données, avec inventaire, référencement, recherche et croisement de données. Un système de fédération de base de données et une approche « médiateur » sont préconisés afin de faciliter l’utilisation rapide et efficace des jeux de données. Un magasin numérique offre des outils simple de traitement  pour les fournisseurs de données, un cloud permet l’hébergement des données des agriculteurs-contributeurs, un espace est dédié aux échanges de bonnes pratiques, idées…, une vitrine des outils d’aide à la décision (OAD) permet de les découvrir et les évaluer.
  • Un portail mutualisé, gouverné par la profession agricole. La condition nécessaire à la bonne appropriation du portail par le monde agricole et sa mobilisation autour de ce projet est de lui en confier les clés. Ainsi la gouvernance du projet revient à un consortium réunissant  quelques acteurs économiques du monde agricole (coopératives, banques, assurances, structures d’investissement...) qui s’appuiera sur une structure de type SAS. Un comité d’orientation stratégique large composé des représentants du monde agricole (syndicats, agrofournisseurs, recherche, ministères, monde de l’informatique) garantira  les conditions d’utilisation de déontologie et d’éthique du portail  d’une part et l’animation de l’écosystème d’innovation d’autre part.
  • Une gouvernance des données et une protection juridique appropriée  avec des Conditions Générales (CG) pour le dépôt des données et des Conditions Générales d’Utilisation (CGU) pour les utilisateurs de ces données donneront le cadre juridique de la gestion des données, protecteur en particulier de l’anonymat des données et de leur origine.
  • Une animation basée sur des services et la création d’un écosystème d’innovation (appel à projets, concours de startups, hackathon…) mobilisant les outils mis en place dans le cadre de la « French tech »par le secrétariat d’Etat chargé du numérique, favorise l’appropriation de l’outil par la profession agricole et la contribution des agriculteurs.

Une prévision réaliste permet d’envisager la  mise en place opérationnelle complète du portail sur ces recommandations dans un délai de 3 ans à partir du lancement du projet, avec une phase de construction sur un an et une phase de lancement s’étalant sur deux.

Si ce projet est porteur de beaucoup d’espoir en termes d’innovation numérique pour le monde agricole et de développement économique, sa réussite repose les enjeux-clés que sont l’excellence, à savoir la capacité à retrouver des données pertinentes, la maîtrise des risques techniques (anonymat, sécurité) et d’image, la maîtrise des coûts et du modèle économique.

Elle repose également sur la mobilisation des pouvoirs publics pour assurer l’ouverture des  données et la mobilisation des outils de la « french tech » pour accompagner le développement de l’écosystème d’innovation est essentielle. Elle repose surtout sur l’appropriation du projet par la profession agricole  - c’est-à-dire l’implication des organisations agricoles et des fournisseurs de données qui seule, la permettra.

5 décisions à l'issue de l'entretien

A l’issue de l’entretien, les ministres ont décidé : 

  • Que le rapport serait présenté à la profession lors de la prochaine réunion du Conseil supérieur d’orientation et de coordination de l’économie agricole afin de partager les enjeux de l’open data avec l’ensemble de la profession 
  • De la création d’une délégation ministérielle au numérique au sein du Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt. Son objectif sera, en partenariat avec le secrétariat d’Etat au numérique et à l’innovation et le secrétariat d’Etat à l’enseignement supérieur et à la recherche, d’organiser la mise en accessibilité des données publiques du Ministère et d’accompagner, la profession dans la mise en place d’un portail de partage de données 
  • Le lancement d’une première action d’animation sous la forme d’un « Vision Camp » lors du prochain Salon International de l’Agriculture. Cet événement prendra la forme d’un atelier visant à faire émerger une vision collective autour de grands enjeux partagés, mobilisera des acteurs agricoles et non-agricoles de tous les horizons
  • Ces premières actions concrètes favoriseront la structuration du portail par la profession, et permettront d’accompagner les futures startups agricoles de la « French Tech ».
  • Une fois le portail français mis en place, un passage à l’échelle européenne sera recherché pour généraliser cette initiative et lui donner toute l’ampleur qu’elle mérite. L’enjeu est de taille et il mérite une mobilisation collective à tous les niveaux : il s’agit de conforter le leadership et le rayonnement de l’agriculture française et européenne dans le monde

Télécharger le rapport complet « Portail de données pour l’innovation en agriculture »

Télécharger la synthèse du rapport

Consulter le communiqué de presse du ministère de l’agriculture

En savoir plus :