Vous êtes

Sélectionner

Réduire la taille texte Rétablir la taille du texte par défaut Agrandir la taille du texte Partager cette page Favoris Courriel Imprimer

Des réseaux d'eau potable plus propres !

© L. Guyonneau / Irstea

11/04/2014

Le projet SecurEau, auquel a contribué Irstea, s’intéresse à la sécurité et à la décontamination des systèmes de distribution d’eau potable. Il a été récompensé par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche pour la collaboration européenne mise en œuvre.

La sécurité des réseaux d’eau potable est surveillée de près, que ce soit pour repérer toujours plus efficacement les contaminations dont ils peuvent être victimes ou les décontaminer une fois le risque passé. À Irstea, des chercheurs se sont justement spécialisés sur ce sujet via le projet SecurEau, terminé en janvier 2013. "L’objectif était d’améliorer la détection de contaminations, le plus rapidement possible, et de déterminer quelles actions pouvaient être menées pour décontaminer le réseau et vérifier que celui-ci était bien nettoyé", explique Olivier Piller, modélisateur au centre Irstea de Bordeaux. Les contaminations des réseaux d’eau potable peuvent être de natures variées : nucléaire, radiologique, biologique et chimique.

Pour faire leurs simulations, les spécialistes ont choisi de travailler sur un site particulier : le stade de Wembley, qui devait notamment accueillir les Jeux Olympiques de Londres en 2012. "Les capteurs que nous utilisons mesurent différents paramètres dans l’eau, comme la concentration en chlore, la conductivité, la température, le pH. Des changements brusques de ces paramètres peuvent être significatifs d’une contamination", explique Olivier Piller.

Un réseau de capteurs pour repérer les contaminations

Les spécialistes d’Irstea ont, quant à eux, apporté leur expertise en matière de modélisation hydraulique. Le but ? Définir où placer de façon optimale les capteurs à même de détecter des contaminations, et combien. 3 à 4 années d’essais ont été nécessaires pour déterminer le réseau idéal des capteurs. Le modèle développé par les experts d’Irstea a un autre atout : en fonction de l’heure et de l’emplacement des anomalies repérées sur le réseau par le maillage des capteurs, il est capable de remonter à la source de la contamination. "Tout ce travail a été réalisé virtuellement, en amont d’une véritable installation d’un réseau de capteurs dans le système d’alimentation en eau potable du stade de Wembley. Nous avons ensuite pris contact avec la société gérant le réseau d’eau potable à Londres et nous leur avons proposé notre système. Ils ont alors adapté eux-mêmes la solution que nous leur proposions à un réseau réel de capteurs qui protège le stade", se félicite Olivier Piller.

SecurEau a vu naître un autre projet dans son sillage : SMaRT-OnlineWDN. Celui-ci ambitionne de développer la détection et la traçabilité de contaminations dans les réseaux d’alimentation en eau potable à grande échelle, et non plus seulement sur un site particulier, tout en mettant au point un outil de gestion en ligne pour suivre ces contaminations des réseaux de distribution en eau potable.

Un projet primé

En janvier, le projet européen SecurEau a reçu le prix des Étoiles de l’Europe du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, lors du lancement du programme H2020. Entre autres raisons de cette récompense : les équipes de SecurEau, qui s’intéressent à la sécurité et à la décontamination des systèmes de distribution d’eau potable suite à une contamination, ont fait le « choix de l’Europe » en participant au programme précédent de financement de la recherche en Europe (PCRDT). Irstea a participé à ce projet, aux côtés d’autres instituts de recherche, d’entreprises et de l’Université de Lorraine, coordinateur du projet.

Plus d'informations sur le site du projet SecurEau.

En savoir plus