Vous êtes

Sélectionner

Réduire la taille texte Rétablir la taille du texte par défaut Agrandir la taille du texte Partager cette page Favoris Courriel Imprimer

Pesticides : un canon pour éviter leur dispersion dans la nature

© P. Latron (Agence Look At Sciences)

13/05/2015

Pas facile de déposer des gouttes de produits sur des feuilles d'oliviers sans "'en mettre partout''. Une innovation pourrait changer la donne et réduire les quantités répandues dans l'environnement.

La question a surgi au milieu des bananiers. En mission aux Antilles, Bernard Bonicelli, chercheur au centre Irstea de Montpellier, participe aux tests d’un canon de pulvérisation fixé en haut d’une potence d’une dizaine de mètre de hauteur. "Sous les tropiques, les conditions de pulvérisation sont extrêmes : les produits s'évaporent vite sous l'effet de la température et sont souvent emportés par les vents", raconte l'expert. Comment mieux cibler la pulvérisation et réduire les quantités épandues ? Une amélioration était assurément à faire.

De retour à Montpellier, le problème est décortiqué par l’équipe PEPS [1] à laquelle il appartient. Différents dispositifs sont modélisés puis testés. Une astuce se dégage du lot : entourer les gouttes de produits par un flux d'air à grande vitesse. Accompagnées et protégées durant leur voyage dans les airs, les gouttes s'évaporent moins et atteignent davantage leur cible située jusqu'à une dizaine de mètres de distance. Brevetée, l’innovation est aujourd'hui proposée aux industriels via la SATT (Société d'accélération du transfert en technologie) AXLR dont Irstea est actionnaire depuis 2013.

Mais n'imaginez pas voir ce nouveau canon en action dans les grandes cultures de blé, betteraves ou colza. "Son utilisation est spécifique aux couverts plus hauts comme les oliviers, les bananiers, mais aussi les arbres d’ornement que l'on trouve dans les villes. Elle pourrait aussi être utilisée dans les zones inaccessibles comme les lagunes lors des opérations de démoustication, indique le chercheur. Des gains de 20 % de produits ont été mesurés." Ces gains sont considérables au regard du plan Ecophyto qui ambitionne de réduire de 50 % l'usage des pesticides d'ici à 2025, avec un palier intermédiaire de 25 % en 2020. Perfectionner le matériel de pulvérisation est en effet l'un des moyens d'atteindre ces objectifs.

C'est aussi la raison d'être de la plateforme de recherche technologique Reducpol du centre Irstea de Montpellier et de ses équipements répartis sur 3 000 m2. "Notre plateforme est la seule en France à être labellisé au niveau européen. Elle permet aux constructeurs de pulvérisateurs d’accéder à l’écocertification de leurs matériels afin qu’ils puissent bénéficier d’aides pour leur acquisition." Les équipements du laboratoire et ses protocoles rigoureux n'intéressent d'ailleurs pas uniquement le monde agricole. "Nous avons déjà travaillé pour l’industrie pharmaceutique sur des sprays pour la gorge", glisse Bernard Bonicelli. Et oui, quand vous y réfléchissez bien, un ''pschitt'' dans la bouche, ce sont aussi des milliers de gouttes dans l'air devant atteindre leur cible !

Consultez la fiche du brevet sur le site de la Satt AxLR.

Contact : Bernard Bonicelli

En savoir plus

[1] PEPS : Procédés environnement pesticides santé. L'une des 4 équipes du laboratoire ITAP (Information, technologies, analyse environnementale et procédés agricoles) basé à Agropolis Montpellier.