Vous êtes

Sélectionner

Réduire la taille texte Rétablir la taille du texte par défaut Agrandir la taille du texte Partager cette page Favoris Courriel Imprimer

L’Onema et Irstea : un partenariat qui dure

Formation des agents Onema aux contrôles de débit réglementaire / © Irstea Unité Hydrologie - Hydraulique de Lyon

30/05/2013

L’Onema, Office national de l’eau et des milieux aquatiques, et Irstea confirment leur partenariat scientifique. Priorité n°1 pour 2013-2015 : la réduction des impacts sur les milieux et la restauration de leurs fonctionnalités, ce qui s’inscrit dans le cadre de la Directive cadre européenne sur l’eau (DCE).

C’est officiel. L’Onema, Office national de l’eau et des milieux aquatiques, et Irstea ont renouvelé en avril leur convention de partenariat pour la période 2013-2015 avec comme priorité, la réduction des impacts sur les milieux et la restauration de leurs fonctionnalités. Un objectif commun qui s’inscrit dans le cadre de la Directive cadre européenne sur l’eau (DCE). Adoptée en 2000 par l’Union Européenne, la DCE vise à atteindre, d’ici 2015, le bon état écologique des masses d’eau (naturelles et artificielles, eaux souterraines, de surface,…), mais aussi la protection et la conservation des milieux non dégradés. Une politique ambitieuse qui demande un véritable effort aux États membres.

Pour une préservation efficace des masses d’eau en France, une bonne connaissance de leur fonctionnement ou encore de leurs écosystèmes aquatiques, de la part des communes, agences de l’eau et autres administrations, est nécessaire voire primordiale. C’est à cette échelle qu’intervient le partenariat Onema-Irstea.

Engagés, en avril 2008, à la demande du ministère de l’Écologie et du Développement durable, autour d’un programme commun sur la gestion des eaux continentales de surface, les deux organismes mènent depuis lors une collaboration fructueuse : développement de nombreux outils, de méthodes de diagnostics et d’évaluation au sujet de la qualité des eaux, à destination des gestionnaires et des pouvoirs publics.

L’évaluation du bon état écologique, ainsi que du bon état chimique et hydromorphologique des milieux aquatiques continentaux1, a nécessité une reprise complète des outils2 d’évaluation et de l’organisation de la surveillance des milieux. Ces indicateurs, dont le développement n’est pas totalement achevé, permettront de faciliter l’identification des causes des dégradations mesurées. À terme, l'objectif de ces recherches est de contribuer à l’établissement des programmes d'actions à mettre en œuvre pour y remédier. 

Ce partenariat a également permis, depuis 2008, la création de 3 pôles Irstea/Onema d’études et de recherche :

  • Hydroécologie des cours d’eau (Lyon)
  • Hydroécologie des plans d’eau (Aix-en-Provence)
  • Écohydraulique et continuité écologique (Toulouse)

Le nouveau calendrier 2013-2015 s’annonce prometteur avec près de 64 actions (représentant 20,7 millions d’euros de travaux) inscrites dans la convention.

Pour retrouver les résultats des travaux issus de ce partenariat : visiter le portail web Eaufrance.

 

Ces milieux sont évalués par tronçon homogène ou « masse d’eau »

2 À noter que ces outils doivent être intercalibrés avec ceux des pays voisins, afin que les appréciations des données soient comparables.

Pour en savoir plus