Suivi à long terme de la végétation des alpages

Modifications des pratiques pastorales, changement climatique, recrudescence des sécheresses : les végétations d’alpage sont soumis à des variations d’usages et climatiques qui peuvent influencer leur biodiversité, leur dynamique et la qualité des fourrages disponibles pour les herbivores domestiques et sauvages.
Suivre et évaluer la réponse de ces prairies subalpines pâturées sur le long terme, et les conséquences sur le fonctionnement de ces écosystèmes, constitue un enjeu pour les gestionnaires de ces espaces à haute valeur patrimoniale : éleveurs et bergers, conservateurs, aménageurs…

Le réseau de placettes

Objectifs scientifiques

Approfondir nos connaissances sur :
  • la dynamique des communautés végétales subalpines sur le long terme
  • la réponse spécifique et fonctionnelle des communautés aux pratiques de gestions pastorales
  • les déterminants climatiques de la production et de la qualité fourragère de ces végétations
Alimenter les bases de données de suivis de végétation à l’échelle des Alpes

Caractéristiques : 35 placettes de suivi de la végétation d’alpage dans les Alpes du Nord

L’ensemble de ces placettes s’intègrent dans le réseau d’observatoires de la Zone Atelier Alpes
Elles sont situées dans trois massifs : 
  • Massif du Vercors : Réserve Naturelle des Hauts Plateaux du Vercors, Alpage de la Molière, Alpage du Jocou
  • Massif des Grandes Rousses (Oisans) : Alpe d’Huez et Villard Reculas
  • Massif de Belledonne : Rivier d’Allemont (RNCFS de Belledonne)
Elles peuvent être réparties en trois grands groupes :
• 22 placettes de suivi permettant d’évaluer la réponse de la végétation au pâturage s’appuyant sur des couples expérimentaux de placettes pâturées ou mise en défens depuis 1981 (Oisans) ou 1988 (Hauts-Plateaux du Vercors)
• 9 placettes de suivi de la végétation d’alpage depuis 2013 en relation avec les pratiques et la variabilité climatique dans le cadre du programme « Alpages Sentinelles » le long d’un gradient Nord-Sud dans le Vercors
• 4 placettes de suivi de la qualité fourragère depuis 2013 le long d’un gradient altitudinal dans le massif de Belledonne

Suivis réalisés

• Des relevés de végétation : biodiversité, composition, abondance des espèces de plantes.
• Des mesures de biomasse disponible
• Des prélèvements de qualité fourragère (digestibilité, teneur en azote)
• Des mesures de traits fonctionnels
• Caractérisation de la structure spatiale des communautés
La régularité des suivis dépend des types de mesure concernés, par exemple, au moins tous les 5 ans pour les relevés de végétation, plusieurs fois par an les mesures de qualité fourragère.

Principaux types de communautés

Les milieux suivis représentent un panel de communautés végétales subalpines allant des pelouses sèches sur sol superficiel calcaire jusqu’aux landines à Ericacées sur sol granitique le long d’un gradient climatique prononcé.

Gradient d’altitude

Les placettes sont situées entre 1500m d’altitude et jusqu’à 2350m pour la plus haute.

Gradient de gestion

Tous les sites sont pâturés par des troupeaux majoritairement transhumants d’ovins,
à l’exception des sites de La Molière dans le Vercors et de l’Alpe d’Huez pâturés par des bovins. 

Collaborations

  • Zone Atelier Alpes – Laboratoire d’Ecologie Alpine (LECA-CNRS)
  • Parc Naturel Régional et Réserve Naturelle des Hauts-Plateaux du Vercors
  • Réseau Alpages Sentinelles
  • Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS)

Valorisation du réseau de placettes

Les placettes de suivis sont un support privilégié pour de nombreuses études (stages de recherche, thèses, programmes nationaux ou européens) s’intéressant à l’impact des changements globaux (usages et climat) sur la dynamique, la structure et le fonctionnement des écosystèmes (GICC-SECALP, Alpages Sentinelles, ANR-SYSTERRA MOUVE, European Multisites Experiments). Elles s’intègrent également dans des systèmes d’observatoire sur le long terme au sein de la Zone Atelier Alpes ou en collaboration avec les suivis de populations d’herbivores sauvages dans le cadre d’un partenariat avec l’ONCFS.
Elles sont le support de recherches fondamentales et appliquées. 
Exemples d’articles scientifiques s’appuyant sur les placettes expérimentales d’exclusion du pâturage :
  • Deléglise, C., Loucougaray, G. & Alard, D. (2011) Spatial patterns of species and plant traits in response to 20 years of grazing exclusion in subalpine grassland communities. Journal of Vegetation Science, 22, 402-413.
  • Deléglise, C., Loucougaray, G. & Alard, D. (2011) Effects of grazing exclusion on the spatial variability of subalpine plant communities. Basic and Applied ecology, 12, 609-619.
  • communities: A multiscale approach
 
Equipe technique
Nathan Daumergue, technicien
Gilles Favier, technicien
Grégory Loucougaray, chargé de recherche
Contact
Grégory Loucougaray (Dr), chargé de recherche en écologie végétale
Irstea, UR Ecosystèmes montagnards
2, rue de la papeterie
BP 76 – 38402 Saint-Martin-d’Hères cedex
Tél : +33 4 76 76 28 39 – Fax : 04 76 51 38 03