Répartition de l'eau dans les végétaux

Contact scientifiqueMaja Musse - François Mariette

Un axe fort de l'équipe IRMFood est le développement de travaux méthodologiques sur les végétaux. Elle se trouve ainsi impliquée dans des projets directement en lien avec l'impact climatique et l'influence des conditions environnementales sur la qualité des fruits et des végétaux. Ceux-ci intègrent systématiquement une composante génétique pour l'identification des mécanismes et les conséquences sur la qualité, dans le cas de la pomme, sur les rendements et la remobilisation de l’azote, dans le cas du colza (projet IA Rapsodyn), ou sur la production de mucilage, dans le cas des graines et semences (ANR CEMMU).

L’un des objectifs du projet Rapsodyn, par exemple, est d’identifier par RMN la répartition de l’eau entre les principaux compartiments cellulaires (vacuole, cytosol, plastes et paroi) des feuilles de colza afin de suivre les réorganisations structurales au moment de la sénescence foliaire et en réponse à différents stress abiotiques. Les résultats ont mis en évidence que la distribution des temps de relaxation transversale (T2) dépend non seulement de la structure cellulaire, mais aussi de l’organisation  tissulaire  du  parenchyme  foliaire.  Il a été démontré que le signal de relaxométrie RMN donne accès, de manière rapide et non invasive, à des informations  sur  la  structure  foliaire  inaccessible  par  des  méthodes  courantes.  Une  des  principales applications   de   ce   travail   serait   l’utilisation   de   cet   outil   comme   moyen   de   phénotypage, particulièrement  dans  le  cadre  de  la  sélection  de  génotypes  caractérisés  par  une  forte  efficacité  de remobilisation en particulier en situation de carence azotée ou de stress hydrique.

Evolution du spectre de relaxation RMN durant la senescence foliaire