Les territoires de montagne, laboratoires du changement climatique

Réchauffement climatique : quelle adaptation en zone de montagne ? Un projet de recherche (ADAMONT), piloté par Irstea, favorise une approche globale et intégrée de ces territoires vulnérables. Un projet retenu comme l’une des mesures de mobilisation nationale vers la COP21 sur les enjeux du climat et de la biodiversité.

A quoi ressemblera la montagne de demain ? Rien de certain, tant les changements en cours et à venir sont difficiles à estimer. Seule certitude : ces territoires de montagne sont particulièrement sensibles au réchauffement climatique. Leur sensibilité et diversité (climatique, altitudinale, sociale, économique et écologique) les positionnent souvent comme des laboratoires pour toutes les questions liées aux changements. Des laboratoires à ciel ouvert, où se mêlent différentes problématiques : aménagement du territoire, gestion des risques naturels, activités économiques, … Comment alors mettre en place une stratégie d’adaptation ?

Un projet de recherche [1] se démarque en proposant une approche globale de la réflexion territoriale d’adaptation face au changement climatique. L’idée : considérer le territoire comme un système et le changement climatique, comme facteur significatif des évolutions de ce système. Une démarche originale, la preuve : le projet a été retenu comme l’une des mesures de mobilisation nationale vers la COP21 (21e conférence des Nations Unies sur les changements climatiques), organisée à Paris du 30 novembre au 11 décembre.

Confronter les connaissances scientifiques à la réalité du terrain

Le projet s’intéresse particulièrement aux Préalpes, zone de moyenne montagne pour l’essentielle couverte par des parcs naturels régionaux, avec le Vercors comme terrain d’étude principal. La réflexion associe production de connaissances (recherche) et démarche opérationnelle (action) : il s’agit d’intégrer pleinement les acteurs du territoire et de confronter les connaissances scientifiques à la réalité de leurs pratiques de gestion et d’adaptation, à l’aide de données existantes et de retours d’expérience. Un véritable processus de co-construction entre chercheurs et acteurs et une approche "pratique" du changement climatique.

Pour parvenir à cet objectif opérationnel, les scientifiques travaillent à une échelle spatiale et temporelle fine, afin de prendre en compte les caractéristiques et variabilités des pratiques et territoires. D’ici 2017, le projet a pour ambition de fournir des outils et recommandations méthodologiques transférables. Et ainsi favoriser encore et toujours le dialogue entre recherche et action. A suivre…

Agenda

Le 22 juin 2015 - Journée débat à Villard-de-Lans (Isère), dans le cadre du lancement du projet ADAMONT. Un échange entre recherche et terrain sur l’état des connaissances sur l’impact du changement climatique et les actions menées pour l’adaptation en zones de montagne.

En savoir plus

[1] Projet ADAMONT (2015-2017) : impacts du changement climatique et Adaptation en territoire de Montagne. Projet porté par Irstea et Météo-France. Financé par le Programme Gestion et impacts du changement climatique (GICC) et l’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (ONERC).